Après avoir perdu sa femme, un septuagénaire affiche un texte bouleversant à sa fenêtre

Tony Williams, 75 ans, est veuf depuis peu. Le septuagénaire se retrouve à présent seul, et découvre la solitude du veuvage et des personnes âgées. Bien décidé à ne pas rester seul toute la journée face à son journal et à sa télé, il a publié des annonces dans le journal et a affiché un poster sur sa fenêtre à l’entrée de sa maison pour demander à des inconnus de le contacter et de devenir ses amis.

> À lire aussi  : À 86 ans, il mange à la cantine d’un collège tous les jours pour ne pas souffrir de solitude

La solitude est trop pesante pour ce veuf

Tony Williams, un médecin britannique à la retraite a perdu sa femme, Jo, au mois de mai. Cela fait seulement quelques mois que son épouse est partie des suites d’un cancer, pourtant, le septuagénaire ressent déjà les affres de la solitude. Tony et sa femme n’ont jamais eu d’enfants, et n’ayant pas une grande famille, il se retrouve toute la journée, assis à côté de son téléphone, espérant qu’il sonne. Malheureusement, son téléphone ne sonne jamais. Il a alors eu l’idée de demander aux passants s’ils voulaient bien devenir ses amis. Pour attirer leur attention, il a collé un grand poster derrière la fenêtre au rez-de-chaussée.

> À lire aussi  : À 94 ans, il construit une piscine dans son jardin pour accueillir tous ses voisins et mettre fin à sa solitude

Il cherche par tous les moyens un peu de compagnie

« J’ai perdu Jo. Ma femme adorée et mon âme sœur. Je n’ai pas d’amis ni de famille. Personne à qui parler », peut-on lire sur l’affiche collée à sa fenêtre. « Je trouve que le silence accablant 24h/24 est une torture insupportable. Quelqu’un peut m’aider ? » Tony a également publié deux petites annonces dans un journal local demandant la compagnie d’une personne. Il a même fait imprimer des cartes de visite, qu’il a distribuées dans les commerces du quartier. Personne n’a répondu à ses petites annonces ni aux cartes de visite. Le poster dans la fenêtre est son dernier espoir. « Peu de gens passent devant ma maison mais j’espère que la rumeur va se répandre dans le quartier et que quelqu’un me contactera ». Tony l’assure, il ne veut pas « quelqu’un qui l’écoute pleurer » ni se plaindre. Il se contenterait d’une personne qui accepterait de s’asseoir avec lui dans le jardin ou écouter de la musique.

> À lire aussi  : 40 illustrations dénonçant les maux de la société : entre pression, dépression, solitude, et anxiété…

Crédits : SWNS – Unilad

Publié par Nicolas F le 19 Sep 2020
0