Pour ne pas payer sa pension alimentaire, un pompier demande à un ami de passer un test ADN à sa place

Simon Jordan est l’exemple de lâcheté par excellence. Ce pompier de 33 ans a demandé à un ami de réaliser à sa place un test d’ADN pour ne pas obtenir de correspondance avec l’ADN d’un enfant qu’une ancienne maitresse désignait comme étant le sien. Il s’agit d’une énorme fraude que l’homme pensait pouvoir réaliser afin de ne pas payer la pension alimentaire qu’il devait à sa maitresse, qui prend seule l’enfant à sa charge.

> À lire aussi : Un test ADN confirme son instinct maternel : son fils n’est pas le sien !

Il demande à son ami de passer le test ADN pour ne pas reconnaitre son enfant

C’est la queue entre les jambes que Simon Jordan et son complice Jason Lee Coles, 40 ans, sont arrivés au tribunal, cette semaine. Les deux hommes sont accusés d’avoir falsifié des résultats ADN qui avaient été demandés par la justice. Simon Jordan voulait absolument nier sa paternité et le pompier avait demandé à son ami Jason de passer les tests à sa place. Jason Lee Coles, qui a un air de ressemblance avec Simon, a pris la carte d’identité de son ami avec lui, lorsqu’il a dû passer les tests dans le but de se faire passer pour lui. Malheureusement pour eux, leur supercherie a été découverte et heureusement pour la mère de l’enfant, elle a eu gain de cause.

> À lire aussi : Paternité forcée, papa au foyer et congé parental : Que veut dire être papa en 2019 ?

Les deux fraudeurs ont été condamnés à de la prison pour avoir falsifié un test ADN

Devant le juge, Jason et Simon n’ont pas eu d’autre choix que de plaider coupable. « Les gens doivent prendre leurs responsabilités qu’est l’arrivée d’un enfant, peu importe la façon dont il est conçu », a déclaré le juge Peter Barrie. « Si vous acceptez maintenant que l’enfant est de vous, cela veut dire que ce délit était une tentative d’éviter votre obligation d’autorité parentale en fournissant un test qui invaliderait votre paternité. Vous saviez très bien qu’un test qui prouverait votre paternité allait engendrer le devoir de payer une pension alimentaire. Tout ceci a été clairement motivé par des raisons financières. » Ce juge britannique n’a montré aucun signe de clémence envers le père qui tentait de fuir ses responsabilités. Simon Jordan a été condamné à 12 mois de prison accompagnés de 18 mois supplémentaires de période probatoire, ainsi que 200 heures de travaux d’intérêt général. Son complice, quant à lui, a écopé de 6 mois de prison, 12 mois de probation et également 200 heures de travaux d’intérêt général.

> À lire aussi : 10 papas avec leur bébé qui n’ont pas besoin de passer de tests ADN

Crédits : Cascade News

En savoir plus sur : - - - - - - -

Publié par Nicolas F le 16 Nov 2019
0