Ce papa syrien invente un jeu à sa fille qui la pousse à rigoler à chaque fois qu’elle entend un bombardement (Vidéo)

Cette vidéo circule depuis maintenant le 16 février 2020. Elle a été postée sur Twitter par un journaliste et ne cesse d’émouvoir la toile. Ce papa syrien redouble d’efforts pour donner à sa fille un semblant de bonheur dans un contexte de guerre qui dure depuis bien trop longtemps maintenant. Découvrez la vidéo ci-dessous :

À lire aussi: Un petit garçon tient sa chienne mourante dans les bras, il s’effondre (Vidéo)

Un papa syrien invente un scénario pour continuer de faire rêver sa fille

C’est l’histoire d’un homme syrien, Abdullah, papa d’une petite fille âgée de 4 ans, qui a décidé de faire de la vie de sa fille un conte de fées.

En effet, les bombardements ne cessent de retentir, à une cinquantaine de kilomètres de la ville d’Ilib, là où cette émouvante famille s’est réfugiée. Faisant partie des derniers bastions de l’opposition, cette zone est très risquée car elle est régulièrement la cible des bombardements du régime de Bachar El-Assad.

Ce papa a décidé d’apprendre à sa fille à rigoler à chaque fois que le bruit étourdissant d’une bombe se fait entendre.

Une idée touchante pour dédramatiser le quotidien angoissant d’un pays en guerre. 

Une idée inspirée de son enfance

Abdullah raconte que cette idée lui est venue de sa propre enfance :

« Quand j’étais jeune, je jouais avec des fusils jouets. J’ai donc pensé pouvoir dire à ma fille que ce qui se passe dehors, c’est une pièce de théâtre. Le son des explosions n’est qu’un jeu. Quand on entend un bombardement ou un grondement d’avion, on rit. Elle suppose alors qu’il s’agit vraiment d’un jeu » .

Le papa syrien fait aussi part d’un constat dramatique:

« J’observe beaucoup de problèmes psychologiques traumatisants chez les enfants syriens. Ils ne rient pas ou peu et ils ont peur pour la plupart. Je pense que jusqu’à présent, nous avons protégé notre fille » .

Le plus important pour cet homme, d’une incroyable empathie, est de préserver le plus longtemps possible la naïveté de sa petite fille chérie.

Ce témoignage permet de rendre compte d’une situation qui dure depuis le début du conflit : le quotidien anxiogène des familles syriennes, victimes d’une guerre sans pitié avec les civils.

À lire aussi: Cette tatoueuse de 9 ans a déjà 7 ans de métier derrière elle !

En savoir plus sur : - - - - - -

Publié par Salomee le 21 Fév 2020
0