Votre cerveau est plus attiré par les aliments gras que par les courgettes et c’est tout à fait normal !

Pourquoi sommes-nous attirés par le gras ?

Votre cerveau est attiré par le sucre et le gras. C’est un fait on ne peut pas y échapper. Mais lorsqu’on étudie un peu la question, on se rend compte que l’explication est assez insolite. Il serait, certes, plus sain de se tourner vers une belle assiette de salade, de haricots verts ou que sais-je encore. Mais lorsque vous apercevez une belle portion de frites, un burger dégoulinant de fromage ou un beignet à la framboise joliment glacé, il se passe un truc dans votre cerveau. En effet, l’association entre lipides et glucides provoque chez nous une sorte de « bug » et nous indique que ce plat est notre récompense du jour.

gras

Combinaison sucres + gras = VIE

Une étude a même été réalisée sur 206 personnes. Les scientifiques analysaient alors leurs cerveaux lorsqu’ils voyaient des photos de bouffe contenant des lipides et des glucides. Il semblerait tout d’abord que notre cerveau essaie d’évaluer le nombre de calories dans le plat, pour se réguler (oui, oui, ça part d’une bonne intention à la base). Mais dès que le cerveau se retrouve en face d’un aliment type « bombe de calories », c’est le drame… Une attirance qui peut notamment s’expliquer par le fait que ce genre d’aliments ne se trouvent pas à l’état naturel. Sauf dans le lait maternel !

malbouffe

Vive le gras, la récompense utlime !

D’où l’effet récompense, fortement imprégné dans notre cerveau depuis que nous somme bébé. La récompense de téter le sein de sa mère, qui est à la base, une question de survie. On peut donc en conclure (et là on y va de notre propre interprétation), que quand on voit de la malbouffe, on se met juste en mode survie. Je vous quitte sur cette belle conclusion qu’on préfère tous croire ! Le gras, c’est la vie. Cela dit, si on écoute trop souvent notre cerveau, on risque surtout de devenir obèse.

pâtisseries

sucres

Crédit photos / photo à la une : PIXABAY

En savoir plus sur :

Publié par Charlene le 23 Juin 2018