Regarder des dessins animés est bon pour le moral et permet de lutter contre l’anxiété et la dépression !

Les dessins animés sont bons pour la santé

Voilà enfin une excuse super cool pour regarder des dessins animés tout le temps. Comme s’il nous en fallait une, sauf que maintenant, on a un argument « qui tient la route » pour imposer Le Roi Lion à sa moitié sans qu’il ou elle n’ait à broncher. Parce que « c’est l’histoire de la vie » et que « Hakuna Matata » évidemment. On adorait se prélasser devant les dessins animés quand on était tout gosse, mais pour certains adultes, c’est encore le cas. Ces dessins-animés où tout était magique et qui nous aidaient à voir la vie du bon côté et à s’évader un peu du quotidien hyper chiant.

dessins animés

Dessins animés Vs Dépression…

Eh bien figurez-vous que regarder des dessins animés à l’âge adulte n’a rien de stupide ou de honteux. Il paraîtrait même que ça pourrait nous aider à vaincre l’anxiété et la dépression. J’ai envie de dire : « Quand est-ce qu’on s’y met ?« . Ah non, pas le temps, faut bosser. La vie n’est PAS un Disney les gars, Okay ?! Mais cela n’empêche pas de s’y replonger un peu de temps en temps. Le week-end, quand on n’a strictement rien à faire (le pied d’Enfer) et qu’on peut enfin se détendre par exemple. Mais savez-vous pourquoi les films habituellement réservés aux enfants nous aident à nous sentir mieux ?

 

Pourquoi des dessins animés ?

La raison est assez simpliste, mais plutôt logique quand on y pense. On nous élève en nous expliquant quand s’apprête à débarquer dans un monde de mer** où la bienveillance ne règne pas en maître. Alors que la notion d’amour, d’espoir et de bonheur est très présente dans les dessins-animés des plus petits. Il faut bien rêver un peu. Ce genre de films régressifs nous feraient également rire, permettant ainsi de générer de la dopamine et des endorphines. Les hormones du bonheur !! Alors, quel dessin-animé allez-vous regarder ce week-end ?

Crédit image / image à la une : capture image « Le Roi Lion » | ©Disney

Publié par Charlene le 24 Juin 2018