Un DJ né sans avant-bras contrôle ses platines directement avec son cerveau, grâce à un système connecté à sa prothèse

Bertolt Meyer est un DJ pas comme les autres. Il s’est presque transformé en cyborg, tirant avantage de son handicap. Né avec un avant-bras en moins, il utilise une prothèse, la plupart du temps pour manipuler ses platines. Encore mieux, il a fabriqué un système électronique unique. Utilisant la technologie de sa prothèse qui envoie des signaux électriques en fonction de sa pensée, il a directement raccordé ses platines à son bras. Autrement dit, il peut actionner des commandes avec l’unique force de sa pensée. Regardez la vidéo pour comprendre !

> À lire aussi : Né sans bras ni jambes, il devient danseur de break dance pour s’intégrer et se faire des amis

Un DJ né sans-bras mixe parfois sans sa prothèse mais avec un circuit imprimé particulier

Bertolt Meyer est professeur le jour et DJ la nuit. Pour pratiquer sa passion, il a dû faire preuve d’ingéniosité, étant handicapé d’un bras. Né sans avant-bras gauche, il utilise une prothèse pour mixer. Mais il a aussi inventé un autre système, directement relié aux contacts électroniques de sa prothèse. Comme la plupart des prothèses, il a deux électrodes sur la peau, qui permettent d’interpréter les signaux électriques envoyés par le cerveau. Habituellement, ces signaux servent à ouvrir, fermer ou bouger la main électronique.

> À lire aussi : Un célèbre DJ décède à l’âge de 57 ans !

Rien qu’avec sa pensée il peut envoyer des commandes à sa table de mixage

Grâce des ingénieurs du SynLimb, le DJ a pu connecter le système de sa prothèse à un circuit électrique, qui transforme les signaux électriques en commandes sur sa table de mixage. « Pour moi, c’est un peu comme si je contrôlais mes platines avec mes pensées ». Néanmoins, il a avoué que c’était très difficile de s’en servir réellement. Il s’agit plus d’un gadget électronique réalisé pour les besoins de la science. En effet, il doit par exemple penser à plier les doigts, pour que les signaux soient envoyés par le cerveau et que le circuit imprimé interprète cette demande d’une certaine manière et la transforme en une fonction spécifique sur sa table de mixage. Quand il mixe en soirée, il utilise sa prothèse habituelle, bien plus pratique, même s’il a encore du mal à être très précis lorsqu’il faut tourner des boutons.

> À lire aussi : Un jeune lutteur s’est fait voler ses deux prothèses des jambes dans les vestiaires à l’école

Crédits : YouTube/Bertolt Meyer

En savoir plus sur : - - - - - -

Publié par Nicolas F le 22 Fév 2020
0