Un entrepreneur qui gagne 10 000 € par jour accepte l’expérience de vivre 1 semaine dans la rue

Pour Kieren Hamilton, 23 ans, la pauvreté est un choix ! Lui qui est un self-made-man et qui a réussi à se bâtir un empire par lui-même, a du mal à comprendre que certaines personnes puissent se retrouver à la rue. Une chaine de télévision britannique lui a alors proposé l’expérience de vivre dehors pendant une semaine. Il a accepté de vivre dans les conditions d’un sdf pendant 7 jours. Quelle sera son opinion sur la pauvreté et la mendicité à la fin de l’expérience ? Regardez la vidéo pour découvrir le mal qu’il a eu à survivre.

> À lire aussi : Un homme donne sa carte de banque à un SDF et son code PIN pour qu’il aille se servir au distributeur

Il accepte de vivre dans le peau d’un sdf pendant une semaine

La chaîne britannique Channel 5 diffuse actuellement l’émission Rich Kids Go Homeless. Dans cette émission, on peut suivre l’histoire de Kieren, un jeune cryptotrader de 23 ans, à qui tout réussit. Lui qui peut gagner jusqu’à 10 000 livres par jour peut se permettre de vivre une vie de grand luxe. Bateau, maison somptueuse, implants de poils de barbe, blanchiment des dents, vêtements de marque et bien sûr des voyages extraordinaires qu’il partage avec sa petite amie Jess. Quand l’équipe de télévision le rencontre pour la première fois, il a un avis bien tranché sur l’argent et la pauvreté : « Je pense que les sans-abris sont faibles et paresseux. Vous êtes déjà au fond, alors ça ne peut pas empirer, ça ne peut que s’améliorer ». Mais il va vite découvrir que la vie n’est pas simple lorsqu’on n’a absolument rien.

> À lire aussi : Vague de froid aux Etats-Unis : elle paye des chambres d’hôtels pour les SDF de Chicago

Il pensait qu’il pourrait facilement gagner de l’argent

Pour réussir son expérience, il avait eu l’idée de montrer qu’on pouvait y arriver en vendant des objets dans la rue et peu à peu gagner suffisamment d’argent pour s’en sortir. Il pensait acheter et revendre des parapluies, afin de se dégager une marge, mais dès le premier jour, il a compris que ça ne serait pas aussi simple, puisqu’il n’avait réussi à gagner que 5 livres sur la journée, en faisant la manche. Il s’est vu refouler d’un hôtel qui n’acceptait pas sa maigre paie et d’une autre auberge où il a été menacé au couteau par un autre sans-abris. « C’est dur de mendier pendant des heures pour ne récolter que 5 balles », admet-il dépité au bout du premier jour.

> À lire aussi : Plus de 200 SDF occupent un immeuble à Paris pour protester contre les logements vacants

Les jours deviennent de plus en plus durs dans la rue

Pas encore prêt à abandonner son idée commerciale le lendemain, il s’est rendu dans un magasin pour acheter un parapluie. Il n’en a pas trouvé en-dessous de 6 livres, ce qui l’a forcé à retourner dans la rue. « Parfois on échoue, c’est ça être un entrepreneur, il faut trouver un plan B », déclare-t-il en constatant son échec. Finalement, c’est comme partout, si tout le monde le fait, c’est que ça marche, alors Alan a compris qu’il devait se faire une pancarte et n’avait plus rien à faire d’autre que de compter sur la générosité des passants. À force de quémander, au bout de 6 heures, il a récolté 36 livres supplémentaires. Content d’avoir récolté cette petite somme d’argent, il se réjouissait de pouvoir passer la nuit dans un refuge pour sans-abris qui demandent entre 5 et 10 livres par nuit. Mais il a été confronté à une deuxième réalité. Ce genre d’auberge fonctionne avec la règle du premier arrivé premier servi, et plus aucune auberge de Londres ne pouvait l’accueillir. Il a donc passé sa deuxième nuit dans la rue.

> À lire aussi :Un groupe de jeunes voyous aspergent une femme SDF assise sur un banc avec un extincteur !

L’expérience est très éprouvante pour lui

Lors de la deuxième journée, Kieren a été confronté à un deuxième problème. Un sans-abris l’a menacé car il occupait une place qu’il considérait comme étant sur son territoire. Il n’a pas eu d’autre choix que de déménager. Au fil des jours et des nuits, la situation se dégrade et les menaces sont de plus en plus grandes. Les autres sans-abri commencent à se poser des questions, notamment à cause de ses dents blanches. La production a dû intervenir pour le protéger alors qu’un homme avec un couteau menaçait de le tuer. Finalement, le dernier soir, il a fait la rencontre de Ryan, un homme qui dort dehors, avec qui il a partagé un repas et une magnifique dernière nuit. « Maintenant, j’arrêterai de tout prendre pour acquis », déclare-t-il dans le taxi qui le ramène chez lui, au bout de 7 jours éprouvants.

> À lire aussi : Une femme s’assied sur un SDF qui dort sur deux sièges dans le métro bondé

Crédits : 5STar/Rich Kids Go Homeless

En savoir plus sur : - - - -

Publié par Nicolas F le 21 Avr 2019
 
0