Pendant plusieurs heures, un homme saoul joue au funambule sur des lignes à haute tension

Publié par Nicolas F le 04 Mar 2019

Un homme ivre a été repéré en train de s’amuser à 10 mètres de hauteur. Il marche sur les câbles électriques de lignes à haute tension, semblant ignorer le danger. Il pourrait perdre l’équilibre et tomber, mais aussi s’électrocuter. Les pompiers ont dû intervenir pour le faire descendre, alors que son petit numéro de funambule durait déjà depuis déjà 3 heures, selon les témoins. Regardez la vidéo de cet homme qui marche en équilibre sur des câbles électriques.

 

Les habitants découvrent un homme saoul qui joue au funambule sur des câbles électriques

Mercredi, les habitants de ce quartier de Quanzhou, dans la province de Fujian au sud-est de la Chine, ont découvert avec stupeur qu’un homme marchait au-dessus de leur tête, utilisant les câbles de lignes à haute tension pour se déplacer tel un funambule. Les habitants se sont peu à peu amassés sous les poteaux électriques, sortant leur téléphone pour filmer la scène. Certains ont fini par appeler les pompiers. Selon les témoignages, le funambule était déjà là-haut depuis plus de 3 heures.

 

Les pompiers ont été obligé de le pousser et de le faire tomber

Les pompiers sont arrivés sur place et ont demandé à faire couper le courant qui traversait ces lignes électriques. Ils ont d’abord utilisé un porte-voix pour lui demander de descendre. Mais l’homme ivre, totalement désinhibé, a fait mine de ne pas comprendre les sommations des pompiers et de la police qui est aussi venue assister à la scène. Les pompiers ont installé des matelas pour éviter une chute mortelle avant de déployer leur nacelle pour monter à hauteur de l’homme. Deux autres pompiers ont décidé de rejoindre l’homme en grimpant à un arbre. Les pompiers n’ont pas réussi à calmer l’homme saoul ni à le convaincre de  rejoindre la nacelle. Ils ont fini par le pousser dans le vide pour qu’il tombe sur les matelas.

homme saoul funambule ligne à haute tension

Crédits : AsiaWire

En savoir plus sur : - - - - -