La première boutique de cannabis a ouvert en toute légalité à Paris

INSCRIVEZ VOUS A NOTRE NEWSLETTER
Invalid email address

Un peu à la manière des coffeeshops d’Amsterdam, la première boutique légale de cannabis a ouvert ce mardi 5 juin. Située dans le XIe arrondissement de Paris, rue Amelot, elle eut un franc succès dès son ouverture, laissant attendre des clients parfois plus d’une heure.

 

CofyShop

La boutique s’appelle Cofyshop même si c’en n’est pas vraiment un. Comme ceux d’Amsterdam, ce sont des lieux où les clients peuvent consommer comme dans un vrai café tout en consommant du cannabis légalement. À Paris, c’est différent, la boutique vend du cannabis ainsi que du hashich derrière un comptoir mais à emporter.

 

« Attendez, mais le cannabis c’est illégal en France non ? « . Cofyshop est évidemment soumis aux lois françaises et ne peut pas dépasser une certaine dose de THC (molécule cannabinoïde activant la réception du cannabis dans le corps) dans une certaine quantité vendue. Derrière ce comptoir de vente à emporter, on trouve plusieurs produits à base de cette molécule : des sirops, des infusions, des huiles de massage etc. L’herbe se vend au poids, entre 11,50 et 13 euros le gramme.

 

Depuis son ouverture, les clients, âgés généralement d’une vingtaine d’années, affluent par dizaines, faisant alors une longue queue pour découvrir le tout nouveau concept parisien. À peine ouverte, la boutique a dû fermer ses portes plus tôt deux fois cette semaine, étant en rupture de stock.

 

Un jeune patron

Le propriétaire des lieux n’est autre que Joaquim Lousquy, jeune entrepreneur de 29 ans. Il est déjà connu dans le milieu puisqu’à son jeûne âge, il possède aussi un « bordel de poupées sexuelles », dans le quartier Pernety (XIVe), Xdolls. Un commerce en parallèle qui avait beaucoup fait parler en février dernier, accusé d’apologie du viol par les élus.es des associations féministes.

 

Il s’est donc, depuis peu, dirigé dans une voie un peu moins « osée » qu’est le cannabis (même si c’est un peu osé quand même), tout en gardant un oeil sur son commerce de poupées gonflables à grosses poitrines.

Publié par Inès Arrom le 11 Juin 2018