Les sérievores, un poil dépressifs ?

Supernatural, Doctor Who, Glee, House M.D., Game Of Thrones, Desperate Housewives, Friends, (vous avez quoi contre les classiques ?), Orange is the New Black, Once Upon A Time… Hm ? Oh, ça ? C’est seulement ma petite liste de cette semaine. J’ai des épisodes à rattraper, comprenez ?

 

Si vous êtes comme moi, peut-être que cette révélation vous étonnera : une étude américaine a révélé que le binge-watching (comprenez dévorer une série saisons après saisons) entraînerait un tas d’effets négatifs dans notre petite vie. À commencer par la dépression.

 

Bon, c’est vrai que quand notre personnage préféré meurt et qu’il se passe quelque chose qui ne nous plaît pas, on se sent mal, mais…La dépression ? Vraiment ? Dans l’étude, les « binge-watchers » seraient les personnes ayant développé le plus de symptômes liés à l’impression de solitude, la difficulté à gérer son comportement ou encore à la dépression.

 

Le binge-watching aurait le même effet qu’une drogue (oh ! si peu…). Mais pour vous remonter le moral, n’oubliez pas les côtés positifs (il y en a quand même !) : notre imagination et notre mémoire seraient stimulées, et notre capacité d’attention ressortirait grandie de tous ces épisodes. Ah, quand même !

 

Moi quand on me pose des questions sur Supernatural, par exemple...

Moi quand on me pose des questions sur Supernatural, par exemple…

Découvrez aussi : les séries les plus piratées en 2014

En savoir plus sur : -

Publié par La Rédaction le 15 Fév 2015
 
0