Il essaie de tuer sa femme 2 fois, mais pourtant elle veut rester avec lui !

Par deux fois, il tente de tuer sa femme

Emile Cilliers est un sergent de l’armée américaine, mais pourtant, cela ne l’a pas empêché d’avoir tenté de tuer deux fois sa propre femme, Victoria. Il y a 3 ans, le 5 avril 2015, Emile sabote le parachute de sa femme. Cette dernière va alors tomber de plusieurs mètres (une centaine) mais va tout de même survivre, par miracle. Cependant, quelques jours auparavant, le mari avait ouvert l’arrivée du gaz de leur résidence afin de tuer Victoria. D’après les accusations du procureur, Emile aurait tenté de tuer sa propre femme car il venait d’en rencontrer une autre sur Tinder. Et afin de toucher son assurance-vie, le mari voulait se débarrasser de sa femme. En effet, l’assurance s’élevait à 120 000 dollars. Pour découvrir le visage de ce couple, vous pouvez aller voir notre vidéo.

 

« Lorsqu’elle a sauté de l’avion à 1.200 mètres l’altitude, ses deux parachutes étaient endommagés, a expliqué le procureur, ceux qui ont assisté à la scène pensaient la retrouver morte. Miraculeusement, elle s’en est sortie avec seulement quelques blessures (au bassin, aux jambes et aux vertèbres). »

 

Apparemment, Emile aurait même raconté à la seconde femme, qu’il venait de rencontrer, qu’il avait quitté son épouse après avoir appris que ses enfants n’étaient pas de lui.

 

Malgré ses intentions, Victoria l’aime toujours

Après avoir appris que son mari avait tenté, par deux fois, de la tuer, Victoria reste tout de même folle amoureuse de lui… « C’est compliqué de se rendre compte que quelqu’un à qui vous êtes marié et avec lequel vous avez des enfants a voulu vous tuer. Je suis touchée et en colère, mais j’aime mon mari. Je finirai ma vie avec lui. »

 

Les deux mariés entretiennent en effet une relation très étrange… Victoria ne veut donc en aucun cas divorcer et son mari nie en bloc ses intentions de meurtres sur sa femme. Cependant, la Justice n’en a pas fini avec Emile et le garde emprisonné en attendant son procès.

Publié par Jeanne Tilly le 02 Juin 2018