Des prisonniers anglais fument des pages d’Harry Potter pour se droguer

Publié par Axel le 19 Fév 2019

Pour trouver de la drogue pendant leur incarcération, les détenus ont dû innover. Dans la prison de Nottingham en Angleterre, ils ont décidé d’utiliser des livres pour se procurer leur dose. Ainsi, les prisonniers arrachent des pages, imbibées d’une substance, du livre Harry Potter et la Coupe de Feu qu’ils fument pour pouvoir se droguer.

 

Dans cette prison, ils se droguent en fumant des pages d’Harry Potter

La drogue est un fléau dans tous les milieux et particulièrement en prison. Si les règlements et les moyens sont souvent mis à disposition pour lutter contre sa propagation en milieu carcéral, les prisonniers s’adaptent et réinventent leurs techniques. Ainsi, ils cherchent de nouvelles combines pour faire entrer et diffuser des substances illicites. Dans la prison de Nottingham, les détenus ont rivalisé d’ingéniosité pour mettre en place leur système. En effet, les gardiens de l’établissement ont découvert qu’ils se droguaient en fumant des pages du livre Harry Potter et la Coupe de FeuComment est-ce possible me direz-vous ? Eh bien le quatrième livre consacré aux aventures du sorcier avait été au préalable imbibé d’une substance similaire au Spice, aussi appelée la drogue du zombie.

 

harry potter et la coupe de feu

Aspergées de drogue, les pages de ce livre étaient fumées par les prisonniers.

 

Les prisonniers pouvaient s’offrir une page du livre pour 57€

En découvrant le livre Harry Potter et la Coupe de Feu, ce sont pas moins de 400 pages qui manquaient d’après le témoignage des gardiens de prison. En effet, l’ouvrage avait été recouvert d’une drogue proche du Spice avant son arrivée à la prison de Nottingham pour permettre aux personnes incarcérées de se shooter. Ces derniers pouvaient ensuite acheter une page du livre imprégnée de la substance pour la somme de 57€.

 

>> A lire aussi : Près de 80 personnes font une overdose massive dans un parc à cause de cannabis synthétique

 

Des prix qui gonflent en prison du fait de la rareté du produit, comme le confie un employé de la prison. Cette substance psychoactive est notamment responsable d’une augmentation de la violence de la part de la personne qui la fume. Une conséquence qui peut poser problème dans une prison comme celle de Nottingham qui est considérée comme l’une des plus difficiles du Royaume-Uni.

 

En savoir plus sur : - -

 
0