Elle assassine Emmanuel Macron sur une banderole plus que cinglante et termine en garde à vue !

« Macronavirus, à quand la fin ? », cette phrase écrite sur une banderole a interpelé les forces de l’ordre de Toulouse. Accrochée à son domicile, une jeune femme a décidé de faire passer un message. D’où vient cette phrase ?

toulouse, la police place en garde a vue une jeune femme

>>> À lire aussi : Phénomène inquiétant : les crachats sur les policiers se multiplient dans cette région de France

Une femme placée en garde à vue à Toulouse

Au départ une caricature de Charlie Hebdo, ce message a été repris le 21 avril par une jeune femme. Écrit en gros sur une large banderole fixée devant sa maison de Toulouse, le message « Macronavirus, à quand la fin ? » n’est pas passé inaperçu bien longtemps. Les forces de l’ordre ont demandé aux résidents de décrocher la banderole, ce qu’ils ont fait.

Toutefois, le lendemain, les policiers sont revenus déposer une convocation. Par la suite, la jeune femme a passé 4 heures en garde à vue le 23 avril pour « outrage ». Elle sera ensuite relâchée sans suites immédiates, déclare l’avocate de la victime, Me Dujardin.

Cette dernière s’insurge : « L’infraction n’est pas constituée, on est plutôt sur du renseignement, de la police politique », dans « un contexte où l’on ne peut plus manifester ». Au vu de cette affaire, le NPA-31, section locale du Nouveau parti anticapitaliste dénonce « un cas grave de remise en cause de la liberté d’expression ».

>>> À lire aussi : Confinement : un homme doit prendre une décision déchirante pour respecter la loi

Des banderoles à Toulouse, Marseille, Caen et Paris

Malheureusement, cette affaire fait suite à de nombreux cas similaires survenus depuis le début du mois. Mediapart a dévoilé que les policiers de Paris, Caen, Marseille et aujourd’hui de Toulouse ont rendu visite à des habitants qui possédaient une banderole devant chez eux.

C’est le cas d’un couple Parisien qui avait écrit : « Macron on t’attend à la sortie ». Jugée comportant un « caractère un peu menaçant à l’égard du chef de l’État », les policiers ont discuté sans verbaliser le couple. À Marseille, un squat a attiré les policiers qui sont venus par 5 fois pour cette banderole : « Tu veux savoir si t’as le corona ? Crache sur un bourgeois et attends ses résultats », relate LCI.

>>> À lire aussi : Confinement : sortir faire vos courses à plusieurs kilomètres de chez vous pourrait vous coûter 135€ d’amende

En savoir plus sur : - - - -

Publié par Justine le 25 Avr 2020
0