Un vélo qui tricote une écharpe lorsque vous pédalez : l’invention géniale pour se réchauffer en attendant son train (vidéo)

Faire du vélo pour patienter

Lorsqu’on attend son train, les minutes semblent être des heures. Surtout lorsqu’il fait froid. On gèle, on pèle, on a la goutte au nez, bref du vrai glam. Du coup, il faut trouver une occupation. On peut consulter son téléphone, écouter de la musique, lire, faire les 100 pas. Ou soupirer toutes les trois secondes (c’était ma technique, mais ça ne faisait pas passer le temps plus vite). Une chose est sûre, le designer George Barratt-Jones n’était pas à court d’idées lorsqu’il attendait son train lui… Et ce n’est pas son invention faite à partir d’un vélo qui va nous faire dire le contraire.

vélo

George Barratt-Jones

Un vélo qui tricote une écharpe

Et pour cause, le jeune homme est à l’origine du « Cyclo Knitter », une invention géniale qui permet de combiner une activité ludique et une activité sportive en même temps. Le principe est simple, vous pédalez sur un espèce de vélo et il vous tricote une écharpe. Une fois que vous avez terminé de pédaler, vous avez même le droit de récupérer votre belle écharpe. Après tout, vous avez bien sué pour l’avoir cette écharpe en tricot ! Et le concept est quand même super marrant ! Pour une écharpe, il faut pédaler durant environ 5 minutes, faisable donc. Et si vous êtes trop juste niveau timing, tant pis pour vous, c’est le prochain qui récupérera l’accessoire.

cyclo knitter

vélo qui tricote

Ce vélo innovant se trouve aux Pays-Bas

La machine en question a été implantée dans une gare d’Eindhoven aux Pays-Bas et son inventeur a même réalisé une petite vidéo pour nous montrer son fonctionnement. On vous laisse le découvrir ci-dessus, vous allez voir, ce n’est pas plus compliqué que de pédaler sur un vélo classique. Sauf qu’à la fin, vous avez gagné un accessoire qui vous tiendra chaud tout l’hiver. Que pensez-vous de cette invention originale ?

écharpe

tricoter une écharpe

pédaler pour tricoter

Crédit photos / photo à la une : ©George Barratt-Jones

Publié par Charlene le 23 Juin 2018