L’éjaculation féminine, c’est quoi ?

Alors que la libération sexuelle de la femme commence à opérer, de nombreuses zones d’ombre sont encore à éclaircir. Entre ceux qui pensent encore qu’une femme a besoin d’amour pour l’acte sexuel quand c’est mécanique du côté de l’homme et ceux qui restent persuadés que la pénétration est le meilleur moyen pour que votre partenaire atteigne le septième ciel y a encore du travail à accomplir. Sans parler de ceux qui pensent que l’orgasme féminin est simplement exprimé par un bruit, c’est qu’ils n’en ont vraisemblablement jamais procurés.

Et les langues commencent à se délier autour l’éjaculation féminine et des femmes fontaine qui sont, vous l’apprendrez, deux choses totalement différentes.

>> À lire aussi : Masturbation féminine : plus de tabous, faites vous plaisir 

Qu’est-ce que l’éjaculation féminine ?

Si bien souvent l’éjaculation féminine est associée aux femmes fontaines, cette comparaison est fausse. En effet, à la grande surprise de certains, les femmes peuvent disposer d’une prostate située entre le vagin et l’urètre, appelées glandes para-urétrales ou glandes Skene. Ce phénomène n’est pas commun à toutes les femmes et a été par exemple constaté sur 14 femmes sur 25 dans une étude publiée en 2011. Ces glandes « sécrètent un liquide qui a les mêmes caractéristiques qu’un liquide prostatique masculin » précise le Dr Pierre Desvaux.

Cette sécrétion contient du PSA (protéine de la prostate), des phosphatases acides ou encore du zinc.

En revanche, la « prostate féminine » à l’origine de l’éjaculation ne pèse que 2 à 3 grammes contre 20 à 30 grammes pour son homologue masculine. En raison de la plus petite taille de la prostate, le liquide libéré lors de l’orgasme féminin est bien moins conséquent que le sperme  des hommes lors de l’acte sexuel.

>> À lire aussi : Femmes fontaine : la vérité sur ces femmes qui intriguent autant qu’elles fascinent !

Les femmes fontaines libèrent plus de liquide

Si bien souvent les femmes fontaines sont associées à l’éjaculation féminine, des différences sont tout de même à préciser. Alors que l’éjaculation féminine surgit grâce à la prostate, ce n’est pas le cas des « squirt » . En effet le liquide libéré au niveau de l’entrejambe féminin lors de l’orgasme proviendrait, d’après les Drs Samuel Salama et Pierre Desvaux, de la vessie.

Afin d’en arriver à ces conclusions, les scientifiques ont recruté sept femmes fontaines. Ces dernières sont allées uriner avant d’avoir une relation sexuelle avec un partenaire ou avant de se masturber. Puis, à l’aide d’une échographie, les chercheurs ont observé la vessie des patientes avant la relation sexuelle, pendant la période d’excitation et après l’expulsion du liquide. « Nous avons remarqué un remplissage de la vessie remarquable pendant l’excitation sexuelle suivie par le vide complet de celle-ci après l’expulsion » déclarent les chercheurs. D’autres études biologiques sont, par la suite, venues confirmer cette théorie qui est finalement la réalité.

À noter pour les hommes effrayés par ce phénomène que l’éjaculat est inodore, incolore et liquide comme de l’eau. De plus contrairement au sperme, il ne tâche pas. En fonction des femmes, la quantité peut varier de quelques gouttes à 100 ml soit 10cl soit deux shooters. On est bien loin de l’imaginaire qu’on se fait des femmes fontaines éclaboussantes.

>> À lire aussi : Les bienfaits du cunnilingus : quand les deux partenaires ont tout à y gagner 

Toutes les femmes sont-elles des femmes fontaines ?

Si l’appellation femme fontaine paraît comme un phénomène peu commun, les gens se trompent. En effet, toutes les femmes sont susceptibles d’être femmes fontaines. Mais cette dénomination est surtout appliquée lorsqu’une grande quantité de liquide s’échappe lors de l’orgasme. Le docteur Cabello Santa Maria qui a travaillé sur ce phénomène, indique que 75% des femmes étudiées expulsent un liquide lors de l’orgasme. Mais bien souvent, la sécrétion est en trop petite quantité pour être perçue.

Anatomiquement, rien ne diffère entre les femmes « fontaine » et les autres. Les raisons pour lesquelles une minorité de femmes expérimente ce phénomène sont encore inconnues. D’après différentes études, seulement 10 à 40 % vivraient cette expérience. Très aléatoire, cela peut survenir occasionnellement ou systématiquement à chaque rapport.

>> À lire aussi : « J’ai 24 ans et je suis toujours vierge… Ça fait peur aux hommes. » : les confessions d’Elisa ! 

Excitation et confiance

Si le phénomène de l’éjaculation féminine ne peut pas arriver à toutes les femmes faute de prostate, en revanche chaque femme peut atteindre un orgasme puissant et dégager un liquide. D’après de nombreux témoignages, les femmes relient l’éjaculation féminine à la confiance qu’elles ont en leur partenaire, la montée de l’excitation, au lâcher prise.

«La stimulation et la détente sont les points clefs de ce mécanisme. Mais nous remarquons également que les femmes poussent souvent le liquide vers l’extérieur», explique le Dr Pierre Desvaux.

En revanche, aucune femme ne ressemble à une autre. Si certaines contrôlent ce mécanisme, d’autres en sont incapables. La fréquence à laquelle cela se produit n’est pas régulière. À noter pour vous messieurs, qu’être une femme fontaine ne signifie pas forcément que les femmes vivent un « super orgasme »

>> À lire aussi : Canicule : vous transpirez en dessous des seins ? Découvrez la solution miracle ! 

En savoir plus sur : - - -

Publié par Emma le 24 Sep 2019
0