En finir avec ces attitudes qui nous minent le moral

Combien sommes-nous à être des experts de l’auto-minage de moral ? Et la grisaille de l’hiver ne nous aide pas vraiment à entretenir un moral au beau fixe. Voici donc quelques pistes pour mettre fin à ces attitudes qui nous plombent !

 

Pour un moral au beau fixe : cibler nos pensées négatives

Dans la vie, nous connaissons tous notre lot de moments de bonheur mais aussi de malheur. Et ces derniers, malheureusement, l’emportent trop souvent sur le reste. Nous ne prétendons pas, dans cet article, avoir un remède miracle contre les pensées négatives. Juste quelques pistes qui valent le coup d’être explorées.

 

Le premier mot d’ordre, pour avoir un moral au beau fixe, c’est d’être honnête avec soi-même. Et l’exercice peut être bien plus périlleux qu’il n’y paraît. Ce qu’il faut réussir à déterminer, c’est d’où viennent les pensées négatives.

 

La haine, le ressentiment. Un vieux proverbe oriental dit que « le ressentiment, c’est comme boire du poison et attendre la mort de l’autre ». Ce sont des sentiments qui nous rongent de l’intérieur, entraînant un état perpetuel de frustration et de malaise.

 

On abandonne également la culpabilité. On la croit, à tort, liée aux erreurs que nous avons du mal à nous pardonner. Mais ce sentiment de culpabilité nous vient souvent de l’enfance. Faire la paix avec une éducation basée sur la peur peut être salvateur !

 

La jalousie également nous vient de l’enfance. Plus vous chercherez d’où viennent ces sentiments qui vous étouffent et vous angoissent, plus vous comprendrez qu’ils n’ont pas leur place dans votre vie. Vous pourrez alors faire la paix avec vous-même.

 

Moral : une bienveillance à toute épreuve

La bienveillance. Un mot qui en dit beaucoup mais qui ne dit pas tout. Etre bienveillant envers soi-même peut s’avérer très difficile.

 

Pourquoi ? Tout simplement parce que le monde dans lequel nous vivons nous apprend depuis notre plus tendre enfance a être toujours plus compétitif, à devoir donner plus de nous-même pour pouvoir atteindre ses objectifs. Mais ce meilleur de nous-même n’est pas toujours suffisant. Et si vous disiez stop ? Le temps de prendre du recul et de vous accorder le droit de vous laisser aller.

 

Parce qu’elle est là la clef du bonheur et d’un moral au beau fixe. Réapprendre à se connaître et comprendre, au plus profond de soi-même, qu’on a le droit de se tromper. Comprendre que nous sommes des êtres humains, renier l’idée que nous devrions être des machines, capables de produire toujours plus.

 

Prendre le temps, celui de s’éloigner du tumulte du quotidien, de se rendre compte que notre vie est belle.

 

Décider d’avoir le moral

Avoir le moral, ce n’est pas une chose passive. C’est un acte, du concret. Décider de ne pas sombrer, même quand rien ne semble aller. C’est un travail de tous les jours que celui de prendre les choses du bon côté.

 

Et pour cela, il faut apprendre. Apprendre à ne pas juger les autres et à ne pas se juger. Apprendre à partager ses sentiments, à mettre des mots dessus. Comprendre que la frustration fait partie de l’Homme et savoir se satisfaire de ce qu’on a. Et voir le verre à moitié plein.

 

En voyant le côté positif des choses, votre corps vous remerciera. Parce que la connexion corps-esprit est bien plus forte que ce que nous pensons, certaines pensées et émotions engendreront un état de bien-être dans notre corps. C’est le cas de deux hormones que notre cerveau libère en cas de bonheur : la sérotonine et la dopamine.

 

En cas de pensées négatives, le corps répondra également. Cette fois-ci, par des douleurs : dos, hanches, genoux …

 

Alors oui : vous avez le droit d’aller mal. Mais vous avez aussi et surtout le droit d’aller bien et de vous aimer comme vous êtes. Gardez le moral et, au besoin, faites un petit tour sur cet article !

 

En savoir plus sur : - -

Publié par Mélaine le 07 Jan 2019
 
0