Les femmes qui restent célibataires longtemps seraient les plus heureuses !

INSCRIVEZ VOUS A NOTRE NEWSLETTER
Invalid email address

Depuis petits, on entend des histoires où la princesse trouve finalement son prince charmant. Un peu plus tard nos parents espèrent nous voir mariés comme si c’était synonyme de réussite et de bonheur assuré. Peut-être après tout !  Mais on ne nous a jamais raconté la version où la princesse y arrive très bien toute seule et trouve le bonheur ainsi.

 

Seule et heureuse !

Une étude américaine menée par Bella DePaulo, psychologue et professeure à l’université de Santa Barbara en Californie, a montré que le célibat peut être un choix et qu’il rendrait plus heureux.

 

Les couples mariés ont souvent ce sentiment d’être plus forts à deux alors qu’en réalité ils dépendent affectivement l’un de l’autre. Leur propre bonheur, découle de celui de leur partenaire et donc peut être facilement ébranlé. Les femmes célibataires, elles, finissent par apprécier leur solitude et s’y sentir à l’aise. Elles arrivent à dormir seules, faire leurs courses seules et par conséquent ne penser qu’à elles, ce qui va dans le sens de leur épanouissement.

 

Toujours dans cette lignée, elles prennent le temps de se concentrer sur elles-mêmes et de savoir (ou parfois simplement de réaliser) ce qui compte réellement pour elles. Par exemple elles attachent beaucoup plus d’importance à leurs relations amicales ce qui les maintient bien entourées.

 

Ce célibat, par choix ou par contrainte leur fait comprendre que l’amour n’est pas forcément un but dans la vie et s’en trouvent un nouveau, comme poursuivre leurs rêves ou évoluer dans leur carrière.

Le bonheur aussi en couple ?

Mais si ces femmes là finissent par se mettre en couple, elles ne perdront cependant jamais leur sens de l’individualité. Elles s’entendront avec un homme qui accueille volontiers cette force et cette indépendance acquises pendant cette période de célibat et  les pousseront vers l’avant. Ce conjoint sera juste un plus à cette femme déjà heureuse. La moralité de cette étude : apprendre à être heureuse seule avant de s’épanouir à deux. 

Publié par Inès Arrom le 04 Mai 2018