Léa Salamé : elle explique pourquoi elle quitte l’antenne de France Inter (vidéo)

 

Léa Salamé va prendre du recul dans l’espace médiatique ces prochaines semaines. La journaliste qui anime la matinale de France Inter ainsi que l’Emission Politique sur France 2 se met en retrait pendant la campagne des élections européennes. L’ancienne chroniqueuse de « On n’est pas couché » est en couple l’essayiste Raphaël Glucksmann depuis 2016. Après s’être effacée de la dernière campagne présidentielle lorsqu’elle était sur le point d’accoucher d’un garçon (né en mai 2017), Léa Salamé va de nouveau se faire discrète dans les médias ces prochains mois. En vue des élections européennes qui se dérouleront le 26 mai prochain, Raphaël Glucksmann est annoncé à la tête d’une liste alliant Place publique, le mouvement politique qu’il a fondé, et le Parti socialiste. La journaliste a donc décidé de mettre sur pause ses activités professionnelles pour garantir son éthique et son impartialité journalistique.

 

>>>À lire aussi : Léa Salamé et Raphaël Glucksmann, leur rencontre sur le plateau de On n’est pas couché

 

Léa Salamé précise les raisons de son départ de France Inter

L’annonce du retrait de Léa Salamé a beaucoup fait réagir dans les médias. De nombreuses voix comme notamment celle d’Audrey Pulvar, ancienne compagne d’Arnaud Montebourg, s’étonnent d’une telle décision. Pour couper-court à la polémique, la journaliste politique a précisé les raisons de son départ sur France Inter ce lundi matin. « Vos habitudes matinales risquent d’être quelque peu perturbées ces prochaines semaines… Cette décision est la mienne, en accord avec ma direction. Ce n’est pas une sanction, c’est moi qui ai pris la décision d’en parler en toute franchise avec mes patronnes. Cette décision me coûte, mais je l’assume. Certains la jugeront critiquable, voire rétrograde. On pourrait arguer que ce serait faire injure à votre intelligence, que personne ne tient mon stylo, que j’ai toujours placé ma neutralité et mon éthique professionnelles au-dessus de tout. »

Léa Salamé

 

« Nous vivons à l’ère du soupçon » concède Léa Salamé

Dans un climat de défiance généralisé envers les médias, Léa Salamé entend protéger le journalisme et garantir son indépendance. « On devrait aussi savoir en 2019 qu’une femme n’a pas le cerveau de son mari, et qu’elle n’a pas à attendre à la maison que son mari fasse carrière. Mais alors pourquoi cette décision ? Ma profession de journaliste n’a jamais été aussi attaquée, critiquée, vilipendée. Nous vivons à l’ère du soupçon, largement relayé par les réseaux sociaux et je ne veux pas prendre le risque d’être instrumentalisée pour l’abîmer davantage. Aussi parce que les périodes de campagne sont particulièrement sensibles et inflammables, je ne veux pas qu’on me reproche une quelconque collusion ou impartialité. Je suis, je reste et je resterai toujours journaliste. Et c’est pour cela qu’une fois la campagne passée, c’est-à-dire le 27 mai au matin et en accord avec la direction, je serai là au rendez-vous. » Invité à réagir sur cette décision sur le plateau de C l’Hebdo, Raphaël Glucksmann a salué « l’acte d’amour incroyable » de sa compagne qui a pourtant « toujours placé son travail au-dessus de tout dans sa vie. »

 

Ça peut vous intéresser :

–> Les révélations troublantes de Ségolène Royal sur l’infidélité de François Hollande

–> Grosse tension entre deux Gilets jaunes sur le plateau de Léa Salamé

–> La folle soirée de Christophe Castaner qui embrasse une inconnue en boîte de nuit

 

En savoir plus sur :

Publié par Maxime le 18 Mar 2019
 
0