Blanche Gardin : elle prend une décision radicale concernant la maternité

Aujourd’hui, on connaît Blanche Gardin comme étant une humoriste à part entière et particulièrement brillante. Mais il faut savoir que du côté perso, cela n’a pas toujours été rose. D’ailleurs, dans les colonnes de Télérama, elle avoue être dans l’incapacité de donner la vie. C’est d’ailleurs ce qui provoque chez elle une décision radicale.

>> À lire aussi : “Nous volions régulièrement du saumon dans les supermarchés” : les révélations de l’ex-mari de Blanche Gardin détonnent

Blanche Gardin : une vie tumultueuse

Si aujourd’hui, Blanche Gardin manie l’humour noir avec un certain talent, c’est parce que sa vie n’a pas toujours été facile. À 17 ans, elle se décrit elle-même comme une « fumeuse de shit. » « Avec une copine, on s’était dit, viens, on va se suicider. » S’ensuivra une période compliquée avec notamment ce voyage de 9 mois à travers l’Europe qui termine dans un gang « de punks à chien sous LSD. »

C’est à ce moment-là que son petit ami meurt d’une overdose et qu’elle décide de retourner sur Paris, auprès de ses parents. Mais malheureusement, peu de temps après, son père meurt des suites d’un cancer ce qui entraîne chez elle un véritable effondrement psychologique avec un internement en hôpital psychiatrique. Une épreuve qu’elle a pu traverser grâce à l’aide de son ex époux Nicolas Deconinck.

>> À lire aussi : Blanche Gardin se confie sur son séjour en hôpital psychiatrique !

Une décision radicale

Or, c’est à la sortie de l’hôpital psychiatrique que Blanche Gardin apprend qu’elle ne pourra jamais faire d’enfants. Un véritable coup de massue pour elle, « persuadée que c’était normal d’être mère. » Mais malheureusement, il semblerait que la nature lui met« ‘un gros stop. »

Pourtant, elle refuse strictement de faire appel à la science pour ce genre de choses. « La réflexion a été difficile, mais j’ai décidé de ne pas céder à cette notion, malsaine, selon laquelle nos désirs doivent forcément être solutionnés, si besoin par la technique. » Une décision courageuse qui lui permet de « résister à la victimologie » d’un discours ambiant.

Publié par Claire le 20 Août 2020
0