Emily Ratajkowski: la mannequin sort du silence et accuse un photographe de viol !

Depuis l’arrivée du mouvement #MeToo en 2017, une vague de dénonciations d’agressions sexuelles incrimine des personnalités du milieu du show business. Cette fois, c’est le mannequin Emily Ratajkowski qui a dénoncé un viol. La jeune femme qui montrait son soutien indéfectible aux victimes d’agressions sexuelles a, elle aussi, décidé de sortir du silence au travers d’une tribune parue dans le New York Times.

A lire aussi: Emily Ratajkowski : furieuse, elle lâche un gros « F**K » à une personnalité sur Instagram

Emily Ratajkowski sort du silence

Publié dans le New York Times le 15 septembre, l’essai relate l’enfer vécu par la jeune femme lors d’un shooting photo professionnel qui s’est tenu en mai 2012. En 2016 déjà, elle avait laissé sous-entendre qu’elle faisait elle aussi partie de ces femmes qui avaient été abusées. « J’ai résisté longtemps à parler publiquement […] mais j’en ai assez » avait-elle alerté. Cette fois, Emily Ratajkowski a décidé de sortir du silence pour de bon.

C’est lors d’une séance photo programmée par son agent avec Jonathan Leder que le mannequin a vécu une expérience traumatisante. N’ayant pas été informée des exigences de ce dernier pour la séance photo, ce n’est qu’une fois sur place qu’elle a appris qu’il s’agissait d’un shooting en lingerie. Dès son arrivée le photographe lui a offert du vin. Après avoir pris quelques clichés, il lui a proposé de se mettre nue pour continuer la séance et elle a accepté sans broncher. « On m’a toujours dit qu’il était important d’avoir une réputation de travailleuse et d’être facile à vivre. Mon agent me répète toujours qu’on ne sait pas avec qui les photographes feront un shooting après. ».

Un shooting photo traumatisant

Le shooting s’étend sur toute la journée et continue jusqu’à tard dans la nuit. Passée une certaine heure, la maquilleuse qui l’accompagnait à ce moment-là est partie, la laissant seule avec Jonathan Leder. « J’étais en colère contre elle de me laisser et je ne voulais pas m’avouer que sa présence avait fait la différence jusque-là. Je pensais que je pouvais le gérer seule ». L’homme a alors continué à la faire boire jusqu’à ce que la jeune femme perde peu à peu conscience de ce qui se passait autour d’elle.

Une fois le shooting terminé, Emily Ratajkowski a finalement terminé complètement ivre allongée à côté du photographe. C’est alors que les événements ont pris une tout autre tournure. « Tout ce qui arrive après est flou dans ma tête, sauf mes sentiments. Je ne me souviens pas l’avoir embrassé, mais je me souviens de ses doigts en moi. De plus en plus fort (…) ça me faisait vraiment, vraiment mal. J’ai attrapé instinctivement son poignet et j’ai retiré sa main avec force. Je n’ai pas dit un mot. Il s’est levé brusquement et est parti silencieusement dans l’obscurité. » raconte la jeune femme. Elle s’est alors forcée à oublier cette journée traumatisante et a décidé de garder pour elle cette agression.

Jonathan Leder nie en bloc

Seulement voilà, des années plus tard, elle tombe sur des photos d’elle publiées sans son autorisation par Jonathan Leder. Cet événement en apparence bénin l’a ramenée à son agression sexuelle. C’est pourquoi Emily Ratajkowski a finalement décidé de sortir du silence.

Le photographe a nié en bloc les accusations de la jeune femme, considérant cet acte comme étant « farfelu » et « enfantin ». « C’est la fille qui était nue dans le magazine Treats!, qui a dansé nue dans le clip de Robin Thicke. Vous pensez vraiment que quelqu’un croirait qu’elle était une victime ? »  a-t-il ajouté méprisant.

A lire aussi: Emily Ratajkowski pousse un énorme coup de gueule en s’affichant entièrement nue

Source: Kombini

Publié par Elodie le 16 Sep 2020
0