Florence Foresti seins nus sur la plage : elle est nostalgique…

Florence Foresti s’est dernièrement confiée au magazine Paris Match concernant les répercussions du mouvement #Metoo. Et autant dire que l’humoriste préférée des Français est nostalgique d’une autre époque bien moins puritaine.

 

Florence Foresti : Une féministe qui ne se cache pas

Face à l’apparition du mouvement #Metoo, Florence Foresti a tenu à s’exprimer sur le sujet. Lors d’une interview, l’humoriste s’est laissée aller à quelques confessions : « Grâce à #MeToo, on va peut-être cesser de demander à Micheline de mettre des collants et des minijupes », a tout d’abord confié Florence Foresti. Mais, elle a aussi ajouté qu’elle regrette que certaines choses n’évoluent et ne changent pas pour les femmes : « On demandera toujours à une femme de parler doucement, d’être gentille et de ne pas réclamer d’augmentation. Et ça, ça me gonfle. L’injonction à être gentille est plus forte que l’injonction à être belle. J’ai entendu que, si je n’étais pas gentille, je ne trouverais pas de mari. Je parlais trop vite, trop fort, je fumais, donc je ne me marierais jamais. Tu imagines ? ». 

Florence Foresti nostalgique d'une époque révolue

Florence Foresti regrette l’époque où elle se baladait seins nus sur la plage

Florence Foresti regrette l’époque où elle se baladait « seins nus sur la plage »

Florence Foresti ne s’est pas arrêtée là dans ses confessions à Paris Match car, elle a poursuivi en parlant d’une époque révolue qu’elle regrette vraiment. « Aujourd’hui, les femmes ont cent fois plus de modèles pour se développer qu’il y a cinquante ans. Même si sur certains points on régresse. Ce qui est triste dans tout ça, c’est que le féminisme soit obligé de revoir le jour. Je pensais que c’était de l’histoire ancienne. C’est ma mère qui a eu besoin du féminisme. Moi, j’étais seins nus sur la plage. Mais maintenant, je vois bien que ma fille ne le supporte pas. Je subis la pression de l’époque, devenue ultra-puritaine, à l’américaine. On fait des trucs inavouables dans les toilettes des lycées, mais on garde nos soutiens-gorge à la plage ».

En savoir plus sur :

Publié par Leslie le 28 Déc 2018