Meghan Markle militante féministe à l’âge de 11 ans

INSCRIVEZ VOUS A NOTRE NEWSLETTER
Invalid email address

Alors que la belle Meghan Markle s’unissait au Prince Harry le 19 mai dernier, beaucoup de dossiers sont sortis sur la nouvelle princesse. Des dossiers nuisants à son image mais aussi des choses beaucoup plus positives qui nous font croire en elle comme étant « the perfect princess ».

 

Le féminisme dans les veines

Lorsqu’elle avait 11 ans, Meghan Markle a été témoin de sexisme pour la première fois et a immédiatement décidé de réagir. Dans sa classe, le professeur a décidé de faire une étude sociale en regardant la télévision avec les enfants. Il y avait cette publicité de liquide vaisselle qui semblait ne concerner que les femmes. « Les femmes de toute l’Amérique mènent le combat contre la vaisselle grasse » était le slogan de la publicité.

 

La petite Meghan s’est sentie blessée et humiliée d’apprendre qu’elle ne servait qu’à faire la vaisselle. Elle raconte déjà qu’en étant enfant, les garçons de sa classe se sont moqués des femmes et ont dit « oui c’est là que les femmes doivent être, dans la cuisine ».

L’impact de sa révolte

Elle a enfin fini par écrire une lettre aux « personnes les plus puissantes » à qui elle a pensé dont Hillary Clinton, la Première Dame de l’époque. Après avoir envoyé ces lettres, elle reçu beaucoup de soutien de milliers de femmes et d’hommes mais surtout de celles à qui elle avait écrit. La pub a finalement été changée et le slogan modifié. Il devenait «  Tout le monde en Amérique mène le combat contre la vaisselle grasse.»

 

En 2015, Meghan Markle était la porte-parole de UN Women ( l’Entité des Nations unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes) et a fait un discours mémorable où 23 ans après elle raconte cette anecdote. C’était son père qui l’a encouragée à écrire des lettres , confiait-elle. « Ça m’a fait réaliser tout ce que j’étais capable de faire (…) À l’âge de 11 ans, j’avais impacté ma société à mon petit niveau en me battant pour l’égalité».

Publié par Inès Arrom le 27 Mai 2018