Un photographe atteint de parasomnie re-crée ses cauchemars avec des clichés perturbants…

La paralysie du sommeil : explications

Vous allez voir ici, que le projet photos de Nicolas Bruno est des plus perturbants. Et pour cause, il re-crée en photos ses cauchemars les plus étranges. En effet, ce photographe est atteint de paralysie du sommeil. Il s’agit en fait d’un trouble du sommeil, également connu sous le nom de parasomnie. Plus concrètement, cela signifie que la personne est sur le point de s’endormir, ou de se réveiller, mais qu’elle n’est plus capable d’effectuer le moindre mouvement. Un peu comme si le corps s’était mis en pause, mais pas l’esprit. Très flippant. On estime d’ailleurs qu’environ 25 à 60 % de la population en souffrira au moins une fois dans sa vie, au moins de façon légère. Cette impossibilité à bouger et à parler empêche donc le sujet de prévenir ses proches.

parasomnie et cauchemars

Sensation de mort imminente…

Une terrible angoisse monte alors à l’intérieur de lui, voire une impression de mort imminente. Le tout accompagné parfois d’hallucinations. Nicola Bruno explique avoir voulu (et réussi) à « exorciser » ce trouble du sommeil en re-donnant vie à ses cauchemars. On ignore d’ailleurs s’il s’agit là de vrais cauchemars ou des hallucinations dont il est susceptible de faire l’objet. Quoi qu’il en soit, même si vous n’y voyez pas de sang, de monstres ou autre image effrayante, le résultat est dérangeant. Nicola Bruno parvient réellement à nous amener dans son esprit torturé. On vous présente en images, 10 cauchemars de Nicola Bruno pour le moins déconcertants…

N°1 – Un lit qui prend feu

 

N°2 – Une étrange attaque

 

N°3 – Un piano maléfique

 

N°4 – Une femme inquiétante

Huge feature on @cnnstyle with Adam White! You can check it out here: http://cnn.it/2i3RnFY

A post shared by Nicolas Bruno (@nicolasbruno) on

 

N°5 – Tir à l’arc à l’aveugle

 

N°6 – Un couple à qui l’on coupe le contact

This week, I wrapped up my teacher's assistant scholarship program at @haystack_school and returned home with bountiful inspiration and time for introspection. A main priority of the program was to disconnect from our electronics and truly live in the moment. Although I enjoyed this experiment, I am unintentionally continuing this electronic disconnection after yesterday's photoshoot. My camera took a plunge into the ocean after the tide swept away the sandbar underneath my tripod. I was able to recover my photos from the memory card by soaking it in fresh water and alcohol, but for my camera, no such luck. I cannot help but think of my carelessness in taking my most important tool for granted. I am hoping that the hard work that I put back into replacing the camera will reinstill a standard of cautiousness and sensory awareness for the changing environments that I shoot in. I will work tirelessly just as I had done to reach this point in the first place. Model: My unbelievable talented girlfriend @alyssariggi Music: "Mermaid", @richardorofino https://youtu.be/4leTY-wWmzg

A post shared by Nicolas Bruno (@nicolasbruno) on

 

N°7 – Un lit qui prend l’eau

 

N°8 – Un jeu bien malsain

 

N°9 – Une maison en flammes

 

N°10 – Un homme dans une valise…

 

Crédit photo / photo à la une : capture @nicolabruno

En savoir plus sur :

Publié par Charlene le 18 Juin 2017
0