Un photographe traverse la planète pour rencontrer les tribus les plus isolées du monde

Aujourd’hui on a l’impression que nous sommes tous connectés. La démocratisation et la diffusion des technologies ou de produits culturels communs nous font oublier qu’il existe encore sur la planète certaines tribus qui ont décidé de vivre à l’écart de notre société moderne. Des communautés perpétuent encore des traditions parfois très anciennes et développent leur propre culture. Le photojournaliste britannique, Jimmy Nelson, a pour but de traverser le monde pour rencontrer ces tribus reculées et partage leurs histoires notamment sur Instagram. Son objectif est vraiment d’offrir à ces peuples la possibilité de partager leurs cultures. De plus, il complète souvent ses posts avec une brève présentation de ces tribus. Voici un aperçu du travail de ce photographe.

 

 

View this post on Instagram

If a Huli woman is widowed, she transforms herself into a ghost-like figure, covering her whole body with white and grey clay and swathing herself in a net. She does so to hide from her husband’s spirit, out of a belief that if she is un-recognizable to the souls of the ancestors she will be able to find another husband and remarry. Grieving women also wear necklaces made of seeds. Each week they remove a number of seeds until they are all gone, a point which marks the end of the period of mourning. . Huli widow | Tari, Hela province | The Highlands, Papua New Guinea | 2017 . #HomageToHumanity #JimmyNelson #AllHuman #JoinJimmy #photography #culture #culturaldiversity #pride #travel #culturaltraditions

A post shared by Jimmy Nelson (@jimmy.nelson.official) on

 

 

 

View this post on Instagram

Goroka, Papua New Guinea

A post shared by Jimmy Nelson (@jimmy.nelson.official) on

 

Votre article continue en page 2. Cliquez sur « page suivante » pour découvrir la suite.

 

Publié par Axel le 14 Jan 2019