La chanteuse Joss Stone affirme avoir été détenue et déportée d’Iran pour l’empêcher de chanter dans le pays

La chanteuse britannique Joss Stone, connue pour avoir chanté le méga hit L-O-V-E, affirme avoir été expulsée d’Iran, alors qu’elle devait se produire sur l’île de Kich, une zone de libre-échange. Dans ce pays ultra-conservateur, il est interdit pour une femme de chanter seule sur scène. Sur Instagram, la chanteuse soul règle ses comptes et explique avoir été détenue avant de se faire déporter. L’Iran dément les propos de Joss Stone. Regardez la vidéo pour entendre sa version des faits.

> À lire aussi : Les autorités iraniennes les arrêtent pour cette demande en mariage en public

Joss Stone devait se produire sur l’île de Kich pour conclure sa tournée mondiale

Il y a cinq ans, Joss Stone entamait sa tournée Total World Tour, qui devait se terminer ce weekend sur l’île de Kich. Elle était attendu sur cette île iranienne pour offrir son 200e et dernier concert et terminer en beauté sa tournée autour du monde. L’île de Kich est un petit lopin de terre de 90 km2 sur lequel vivent 27 000 habitants mais qui attire près de 2 millions de visiteurs chaque année. Si elle attire tellement les touristes, c’est tout d’abord pour ses magnifiques paysages, une île paradisiaque dans le Golfe persique, un peu plus souples avec les règles ultraconservatrices de l’Iran. Mais l’île plait aussi pour son attrait économique. En effet, elle bénéficie d’un statut particulier, une zone de libre-échange, qui permet aux touristes de faire de nombreux achats en duty free.

> À lire aussi : Les femmes iraniennes sont enfin autorisées à entrer dans un stade

La chanteuse soul affirme avoir été détenue et déportée par les autorités

Même si les touristes ont permis à l’île de s’occidentaliser, les règles et les lois (notamment celles concernant l’alcool) restent toujours strictes à Kich. La chanteuse soul Joss Stone en aurait fait les frais. « Nous étions au courant qu’on ne pouvait pas organiser un concert en public, puisque c’est illégal dans ce pays, car je suis une femme », explique la chanteuse sur Instagram. Se pose déjà la question de savoir comment elle comptait se produire, puisque dès le départ, elle savait que ça serait compliqué. Selon la chanteuse, arrivée aux contrôles de la douane, son nom et celui de ses musiciens auraient été retrouvés dans la listes des personnes interdites de séjour dans le pays. « Après de longues discussions avec des gens de l’immigration, très sympathiques et accueillants, la décision fut de nous garder en détention pour la nuit et de nous déporter le lendemain matin. Bien sûr, j’étais dégoûtée ».

> À lire aussi : Deux iraniens exécutés pour avoir volé 15 dollars

Téhéran dément avoir détenu la chanteuse et ses musiciens

Cette version est démentie par Téhéran, qui a sorti un communiqué via l’IRNA, l’Agence de presse de la République islamique. Selon les autorités iraniennes, la chanteuse et son groupe n’ont pas été arrêtés ni détenus. Ils se sont par contre vus refuser l’entrer sur le territoire et ont été renvoyés dans leur pays, « conformément à la réglementation, pour cause de manque de documents nécessaires ». Joss Stone reste outrée par cette décision, d’autant plus qu’elle avait déjà réussi à se produire dans d’autres endroits improbables sans difficulté, comme à Pyongyang, en Corée de Nord, en organisant un concert pirate et en Libye, alors que le pays était en guerre.

> À lire aussi : Le grand-père de Donald Trump suppliait les autorités de ne pas expulser sa famille du pays, dans une lettre qui a été retrouvée

Crédits : Instagram/jossstone, Getty

En savoir plus sur : - - - - - -

Publié par Nicolas F le 06 Juil 2019
0