Gilets jaunes : François Hollande reconnaît avoir sa « part de responsabilité »

Publié par Maxime le 04 Fév 2019

Au lendemain du douzième samedi consécutif de mobilisation des Gilets jaunes, François Hollande s’exprime sur le mouvement contestataire. L’ex-président de la République se confie en longueur dans les colonnes du quotidien belge Le Soir. Dans cet entretien, l’ancien locataire de l’Elysée évoque cette grave crise politique, sans se dédouaner pour autant. « Comme acteur politique qui a exercé le pouvoir, j’ai ma part de responsabilité » assume ainsi François Hollande. L’ancien chef d’Etat charge ensuite Emmanuel Macron, son ancien ministre de l’Economie, sur sa façon de gérer le pays depuis le début de son quinquennat.

 

François Hollande critique la position d’Emmanuel Macron envers les Gilets jaunes

Depuis les premiers samedis de mobilisation mi-novembre, les Gilets jaunes se plaignent de ne pas être entendus par Emmanuel Macron. La position de l’Elysée, vis à vis des revendications des manifestants, étonne François Hollande. « Si cette protestation largement soutenue par l’opinion publique avait obtenu une réponse plus tôt, les débordements auraient pu être évités, tout comme la répétition des manifestations » estime l’ancien chef d’Etat. Retiré de la vie politique depuis son départ de l’Elysée, François Hollande veille attentivement sur l’évolution du vent de colère. « Ce mouvement traduit une volonté de prise de parole et des revendications, dont beaucoup traduisent un besoin de reconnaissance et de dignité pour lesquelles il faut maintenant trouver un débouché » juge l’ancien président.

 

>>>À lire aussi : François Hollande, de retour plus fort que jamais dans la vie politique ?

 

François Hollande : « Mon seul souci, c’est d’être utile »

Le grand débat, lancé par Emmanuel Macron, peut-il apporter ces réponses tant attendues ? « Ce peut être l’occasion d’étancher cette soif de participation, à condition que sa conclusion soit à la hauteur des attentes » répond François Hollande. Interrogé sur un potentiel retour dans le jeu politique, l’ancien chef d’Etat rétorque ne pas être intéressé. « Je ne suis pas dans la perspective de revenir à la direction d’un parti ou de briguer une élection. Mon seul souci, c’est d’être utile. » L’ancien locataire de l’Elysée a rencontré plusieurs Gilets jaunes, en Ardèche ou dans le Tarn-et-Garonne notamment, depuis le début du mouvement.

Hollande Macron

 

En savoir plus sur : - -