Cimetières profanés, visites d’Emmanuel Macron, appel à la haine sur un live de France 3 : l’antisémitisme fait parler

Emmanuel Macron a vécu une journée chargée mardi. Pendant que des rassemblements contre l’antisémitisme s’observaient à Paris, Bordeaux ou Strasbourg, le chef d’Etat s’est rendu au Mémorial de la Shoah pour se recueillir et déposer une gerbe de fleurs. Peu de temps auparavant, il était présent au cimetière juif de Quatzenheim où près d’une centaine de tombes avaient été profanées dans la nuit de lundi à mardi.

 

Face à la montée de l’antisémitisme, le président s’est rendu au Mémorial de la Shoah

Le président de la République est arrivé aux alentours de 19h au Mémorial de la Shoah, mardi soir dans le quatrième arrondissement de Paris. Il n’était pas seul puisque les présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale, Gérard Larcher et Richard Ferrand l’ont accueilli sur place. D’autres personnalités comme Mario Stasi, président de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA), ou des représentants des différentes communautés religieuses étaient également présentes pour l’événement. Lors de sa visite, Emmanuel Macron est allé dans la crypte du Mémorial déposer une gerbe de fleurs et se recueillir. « La République est un bloc » a déclaré le chef d’Etat pendant sa visite. Plus tôt dans l’après-midi, le président était en Alsace où plusieurs sépultures avaient été profanées.

 

 

Emmanuel Macron découvre le cimetière juif profané en Alsace

Avant cette visite à Paris, Emmanuel Macron s’était donc rendu à Quatzenheim avec son ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. Hier matin, un habitant de cette commune alsacienne a découvert 96 pierres tombales profanées dans le cimetière juif de la ville. Des croix gammées et des inscriptions en allemand avaient été taguées sur les sépultures du site. En se rendant sur place, le chef d’Etat a pu croiser de nombreuses personnes touchées par ces événements. Une grand-mère lui a d’ailleurs confié sa peur pour elle et ses petits-enfants. « Ils veulent que vous ayez peur, que nous ayons peur et que nous baissions les yeux. Alors, on va faire tout l’inverse et ils auront peur, mais déjà, ils doivent avoir honte, pas vous, pas nous » lui a répondu Emmanuel Macron. Le président s’est aussi engagé à agir avec de nouvelles lois pour punir ce type d’actes. « On prendra des actes, on prendra des lois et on punira » relaie France 3 Alsace. 

View this post on Instagram

Hier comme aujourd’hui « plus jamais ça ».

A post shared by Emmanuel Macron (@emmanuelmacron) on

 

Des commentaires antisémites forcent France 3 Alsace à couper leur live

France 3 Alsace couvrait d’ailleurs l’événement avec un Facebook live. Mais très vite, le média a dû couper sa retransmission car beaucoup de commentaires constituaient des appels à la haine. Aymeric Robert, rédacteur en chef adjoint du numérique à France 3, a expliqué les raisons de l’interruption de leur live. Il rappelle qu’il ne vise pas les commentaires stupides ou anti-Macron. Après tout, « c’est le signe d’une démocratie forte que de critiquer ses élus » . En revanche, les « Heil Hitler » ou « sales juifs » se sont multipliés et constituent des « appels au meurtre explicites, des commentaires ouvertement antisémites et racistes« . Outre la responsabilité légale de France 3 Alsace de modérer les commentaires sur ses publications, il s’agissait également de refuser « d’être un vecteur de haine« .

 

En marge de ces débordements, plus de 20 000 manifestants se sont réunis Place de la République à Paris pour crier « ça suffit ! » . Un ras-le-bol né de la hausse des actes antisémites (+74% entre 2017 et 2018). Plusieurs membres du gouvernement dont le Premier ministre Edouard Philippe étaient présents, tout comme d’autres personnalités politiques d’horizons divers. D’autres rassemblements ont eu lieu dans des grandes villes françaises comme Bordeaux, Marseille, Strasbourg ou Lyon.

 

Un autre cimetière près de Lyon touché par des tags antisémites

Mais il faut croire que la haine persiste toujours dans le cœur de certains. De nouvelles inscriptions antisémites ont été découvertes sur un monument au mort du cimetière de Champagne-au-Mont-d’Or, près de Lyon, ce mercredi matin. D’après l’AFP et les explications de la préfecture, le monument se situe en dehors du carré juif du cimetière. Il a été recouvert d’une croix gammée peinte en rouge et des phrases « passkon a pa le shoah » et « shoah blabla ». Une enquête a été ouverte.

 

Le préfet de la région, Pascal Mailhos, s’est fendu d’un tweet pour condamner formellement ces agissements. « Le préfet condamne avec la plus grande fermeté les inscriptions antisémites découvertes ce matin dans un cimetière de Champagne-au-Mont-d’Or. L’antisémitisme, la xénophobie, l’homophobie ou toute autre forme de haine n’ont pas leur place dans notre République« .

 

 

En savoir plus sur : - - -

Publié par Axel le 20 Fév 2019
 
0