À la frontière americano-mexicaine, des balançoires roses ont été installées pour réunir les populations

 

 

Pour garder un lien entre les américains et les mexicains, malgré la construction d’un mur entre ces deux pays, deux architectes ont décidé de mettre en place trois balançoires roses, ce lundi. Cette construction s’oppose à la politique migratoire restrictive de Donald Trump, président des Etats-Unis.

Le 25 janvier 2017, le président Donald Trump a signé un décret stipulant le début du projet de construction d’un mur entre les Etats-Unis et le Mexique, sur toute la longueur de la frontière. Depuis, un mur de plusieurs mètres sépare les deux pays et donc les habitants. Pour remédier à cela, deux architectes américains ont installé des balançoires entre Sunland Park (Etats-Unis) et Ciudad Juarez (Mexique).

>>> À lire en plus : Vertige assuré : Une balançoire géante installée au bord d’un précipice de 300 mètres de hauteur

« Les enfants et les adultes étaient connectés de façon profonde de chaque côté de la frontière avec ces balançoires »

Pour marquer le coup, l’architecte, Ronald Rael, qui travaille sur le projet depuis 10 ans, a posté une vidéo émouvante sur son compte Instagram, montrant les adultes et enfants prendre place sur les balançoires : « Le mur est devenu un véritable pivot dans les relations entre les Etats-Unis et le Mexique, les enfants et les adultes étaient connectés de façon profonde de chaque côté de la frontière, avec la reconnaissance que ce qui se produit d’un côté a des répercussions de l’autre » a t-il écrit. La vidéo montre un fort contraste entre la terre américaine, blanche et propre et la terre mexicaine qui se trouve jonchée de détritus, marquant une véritable différence de richesse.

BALANCÇOIRES

(source photo : compte instagram @rrael)

>>> À lire en plus : À Lyon, ce journaliste de Fox News perturbé par des anti-Trump a eu bien du mal à finir son duplex

La politique migratoire restrictive de Donald Trump

Depuis son accession au pouvoir il y a plus de deux ans, Donald Trump n’en finit plus de durcir sa politique migratoire. Après avoir construit ce mur, le politique de 73 ans a décidé de signer un accord avec le Guatemala pour réduire le nombre de demandeurs d’asile, a multiplié les raids à l’encontre des communautés hispaniques. Son administration n’hésite pas à augmenter les délais de traitement des dossiers de visa, créant ainsi une forte difficulté pour obtenir des papiers américains.

>>> À lire en plus : « Tous des cons, Alexandre, sois zen et fort » : des sms embarrassants entre Alexandre Benalla et l’Elysée dévoilés !

En savoir plus sur : - - - - -

Publié par Églantine le 31 Juil 2019
 
0