Procès du glyphosate : un jardinier atteint d’un cancer fait condamner Monsanto

INSCRIVEZ VOUS A NOTRE NEWSLETTER
Invalid email address

Le pot de terre contre le pot de fer. C’est une condamnation historique qui vient d’avoir lieu ce vendredi 10 août. Dewayne Johnson, jardinier, en phase terminal d’un cancer, est le premier à gagner face au géant Monsanto.

 

Un jugement historique

La société Monsanto a été poursuivie en justice par un homme de 46 ans, père de deux enfants. Il s’agit d’un jardinier américain en phase terminale d’un cancer du système lymphatique, qu’il attribut à son exposition aux herbicides Ranger Pro et Roundup Pro, tous deux enrichis en glyphosate. La sentence est tombée : Monsanto est condamné à payer 289.2 millions de dollars.

Monsanto veut faire appel

Le leader ne lâche rien et a annoncé son intention de faire appel : « Nous ferons appel de la décision et continuerons à défendre vigoureusement ce produit qui bénéficie de quarante ans d’utilisation sans danger et qui continuer à être un outil essentiel, efficace et sans danger pour les agriculteurs et les autres usagers« .

Sa demande d’appel pourrait bien avoir lieu … Sauf que 4 000 autres plaintes sont en cours. Une brèche s’est ouverte et le géant a perdu. Les jurés ont admit que les produits à base de glyphosate étaient « un facteur substantiel » du cancer du jardinier.

Malveillance et malice de Monsanto

C’est ainsi que les jurés ont estimés que la société avait agit, appuyant le fait que les risques du produit étaient « connus ou pouvaient être connus à la lumière des connaissances généralement admises par la communauté scientifique au moment de leur fabrication, de leur distribution et de leur vente« .

 

Les documents internes de Monsanto

Brent Wisner, avocat de la partie civile, a expliqué : « Nous avons enfin pu présenter au jury les documents internes tenus secrets par Monsanto, prouvant que la société savait depuis des années que le glyphosate,et en particulier Roundup, pouvait être une cause de cancer. » et voit ce procès une façon de « dire à Monsanto que les années de tromperie sur le Roundup sont derrière nous »

 

Ce procès, historique, pourrait sans doute permettre quelques affaires françaises de voir le jour. Depuis 2017, le glyphosate a été relancé sur le marché pour 5 ans. En attendant, deux procédures sont en cours, en France.

Publié par Mélaine le 13 Août 2018