26 000 candidats prêts à se faire volontairement contaminer par le coronavirus

L’association 1DaySooner recherche des bénévoles prêts à se faire contaminer volontairement par le coronavirus, pour aider la société. Plusieurs milliers de personnes se sont déjà portées volontaires. Rencontres avec ces étudiants, médecins, professeurs, demandeurs d’emploi qui veulent se faire contaminer.

> À lire aussi : Coronavirus : une théorie sur le vaccin qui fait froid dans le dos

Des personnes jeunes et en bonne santé intéressés par la contamination volontaire

Cette méthode n’est pas sans danger, pourtant, à en croire le site 1DaySooner, plus de 26 000 personnes dans le monde sont prêtes à être contaminées par le covid-19. Pour l’heure, ces candidats se sont simplement inscrits et attendent qu’on leur injecte un candidat-vaccin, avant de se faire contaminer de façon encadrée. La première motivation de ces candidats est de sauver le plus de monde possible. « Un vaccin peut sauver jusqu’à 7000 personnes par jour », explique le Belge Arent Lievens, qui a fait l’objet d’un reportage en Flandre, en tant que premier Belge inscrit sur le site. « Le risque d’être contaminé ici en Belgique était de toute façon déjà très grand. J’ai eu une brève conversation avec les initiateurs américains de l’étude. Ils m’ont promis que cela se déroulerait dans des circonstances très contrôlées et qu’on me soignera bien. »

> À lire aussi : Priorité aux USA pour le vaccin contre le Coronavirus ? L’Élysée sort du silence !

Ils attendent le feu vert des autorités pour se faire contaminer par le coronavirus

Les candidats comme Arent disent faire ça par « solidarité » et « pour défendre les autres », un peu comme lorsqu’une personne s’engage volontairement à l’armée pour défendre son pays. Aujourd’hui, les modalités sont encore floues, ce qui pose des questions éthiques. « Il n’y a pas de doute que ce sera effrayant quand il faudra prendre le risque », explique Kelley, une étudiante en sciences médicale à Washington. Pourtant, malgré ses craintes, elle s’est inscrite et tient à y participer. « Comme je suis assez jeune et en bonne santé, et que je ne vis qu’avec une seule personne, qui est aussi jeune et en bonne santé, je pense que le risque peut se prendre ». 1DaySooner explique que la plupart des volontaires ont entre 20 et 35 ans et ont suivi des études supérieures.

> À lire aussi : La vérité sur la première personne qui a testé le vaccin contre le coronavirus dévoilée

Ils considèrent leur mission comme un acte de bravoure pour la sécurité des autres

1DaySooner est un projet mené par Human Challenge Trials, qui a déjà aidé à développer des vaccins pour d’autres maladies comme la malaria, par exemple. Une partie des volontaires sera contaminée, l’autre se verra injecter un placebo. Les études seront menées différemment en fonction des différentes lois en vigueur dans les pays. Chaque pays peut mener ses études comme il le souhaite et faire appel à 1DaySooner, qui leur communiquera la liste des volontaires qui se sont inscrits sur leur site. « J’espère vraiment contribuer à remettre l’Amérique sur des rails », explique Kelley. Quant au Belge Arent Lievens, il conclut : « Mon père a essayé de me dissuader. Il était particulièrement sceptique quand je lui ai expliqué. Et il a conclu que j’étais tout simplement complètement dingue ».

> À lire aussi : Coronavirus : trouver un vaccin pourrait s’avérer plus long que prévu

Source : Fox – Crédits :Fotolia/guerrieroale

En savoir plus sur : - - - - -

Publié par Nicolas F le 01 Juin 2020
0