Le confinement pourra être levé quand ces 3 critères seront remplis explique le Conseil scientifique !

Le Conseil scientifique, qui oriente le gouvernement depuis le début de cette crise sanitaire, a publié un état des lieux du confinement qui donne les critères pour en sortir. Cet avis a été livré aux autorités le 2 avril 2020. Ce document donne trois critères précis qui permettraient d’autoriser un déconfinement. Retour sur ce document riche en informations.

À lire aussi: Que faire si une personne de mon voisinage a contracté le coronavirus?

Une analyse de la crise sanitaire et du confinement

Bien que datant du 2 avril 2020, ce rapport livre des informations précieuses sur l’épidémie. En effet, pour mettre en avant des critères de déconfinement, le Conseil scientifique analyse plusieurs facettes de la crise sanitaire en cours. 

Dans un premier temps, il affirme que le confinement a été mis en place pour « soulager les services de réanimation des régions les plus touchées » en France et son effet devait prendre, en principe, « trois semaines avant de se matérialiser, le temps que les patients qui étaient en incubation au moment du confinement aient été admis en réanimation s’ils devaient évoluer vers une forme grave » . 

Alors que la situation de la France est « très hétérogène », le Conseil scientifique recommande de continuer d’interpréter l’évolution de la saturation des services de réanimation. 

Ensuite, ce comité rappelle l’importance des effets sociaux du confinement, qu’il prend évidement en compte. En effet, un isolement de plusieurs semaines « a des effets important sur l’activité, les comportements, le moral et la santé de nos concitoyens » . De plus, ce confinement peut creuser les inégalités sociales. Le Comité a donc mis en avant « l’intérêt de disposer d’indicateurs sociaux du confinement » pour mesurer ses véritables effets sur les concitoyens.

Enfin, le Conseil scientifique invoque l’urgence de déployer une campagne de dépistage résumée en 4 recommandations : le dépistage du personnel soignant, la prise en charge des suspicions d’infections dans les Ehpad, un dépistage par RT-PCR et sérologique dans les prisons et autres établissements fermés ainsi qu’un calcul du taux de pénétration du virus dans différents territoires.

Les trois critères permettant de décréter une fin de confinement des français

Le but d’un déconfinement est de remplacer l’isolement par « des stratégies de contrôle de l’épidémie plus facilement supportables et moins couteuses pour la société française. » . Le comité rappelle que ces « mesures resteront fortes. « 

Pour considérer une levée du confinement, le Conseil scientifique prend en considération trois éléments. 

Dans un premier temps, le but ultime du confinement étant de soulager les services de réanimation, le gouvernement devra s’assurer que ce goal est atteint. Pour cela, le Conseil propose de se baser sur des indicateurs épidémiologiques qui pourront analyser la saturation des services de réanimation.  « Les équipes de soignants devront également bénéficier d’une période suffisante pour récupérer de l’effort considérable fourni pendant les semaines qui viennent de s’écouler » , rappelle le Conseil scientifique. Il faudra que le gouvernement prenne en compte ce repos dans la gestion de la crise post-confinement. 

Ensuite, le confinement doit permettre de réduire le nombre de cas contaminés par le virus sur le territoire. Pour déconfiner, il faudrait que cette diminution soit conséquente.

Enfin, pour sortir du confinement, le gouvernement doit mettre en place une stratégie post-confinement qui comprend des éléments précis listés par le Conseil scientifique, parmi eux par exemple, le choix de mesures de distanciation sociales ou encore la disposition de protections matérielles comme des gels hydro-alcooliques et des masques.

Vous l’aurez compris, le déconfinement n’est pas synonyme d’une fin de bataille contre le covid-19. En attendant, vous avez des informations claires pour faire des pronostics sur la prochaine date de sortie !

Source: Avis du Conseil scientifique COVID-19, 2 avril 2020. 

À lire aussi: Coronavirus « léger » : ces signes qui nous montrent que le virus s’aggrave

En savoir plus sur : - - - - - - - - - -

Publié par Salomee le 09 Avr 2020
0