Atteinte de calvitie depuis ses 20 ans, elle nous livre son témoignage poignant (vidéo)

Laure Saujet nous a livré un témoignage poignant sur sa calvitie dont elle est atteinte depuis ses 20 ans. Un combat de tous les jours qu’elle évoque aujourd’hui sans complexe. Un témoignage à retrouver dans la vidéo ci-dessous. 

C’est à l’âge de 16 ans que Laure Saujet a commencé à perdre ses cheveux. Pour l’adolescente, rien d’affolant à ce stade. Mais vers ses 20 ans, sa famille la pousse à aller voir un dermatologue car elle commençait à avoir « une raie centrale clairsemée » . 

Ce jour-là, Laure Saujet apprend qu’elle est atteinte d’alopécie androgénétique« Ça a été dur. Lorsqu’on apprend ça à 20 ans, on se demande ce qu’on va devenir » , nous confie-t-elle. 

En France, 13% des Français déclarent être atteints de calvitie, selon un sondage Ifop publié en 2015. Bien que cette pathologie touche plus particulièrement les hommes (25%), 2% des femmes sont concernées.

Pour lutter contre sa perte de cheveux, Laure a commencé par s’appliquer du « minoxedil » , une lotion à mettre sur les parties dégarnies. Un traitement « lourd » qui la ramenait à sa calvitie « tous les jours » explique-t-elle car elle utilisait ce produit « matin et soir » . Par ailleurs, ce traitement a engendré quelques effets secondaires comme des brûlures ou l’apparition des poils à divers endroits de son corps.

Au fur et à mesure du temps, un complexe s’est installé. « Je ne me coiffais plus, je me laissais aller » , confie-t-elle avant d’ajouter qu’elle n’osait plus se rendre chez le coiffeur par peur de recevoir des réflexions.

>>> À lire aussi : Des scientifiques auraient trouvé un remède très insolite contre la calvitie !

La calvitie chez la femme, un sujet « tabou » dans notre société

Laure, aujourd’hui âgée de 32 ans, constate que la calvitie chez la femme est un sujet « tabou » , dont la société évite d’évoquer. Selon elle, « l’acceptation de la société est plus simple pour les hommes que pour les femmes (car) il y a un jugement plus fort envers la femme » .

Pourtant, cette pathologie est une « souffrance énorme » pour les personnes atteintes d’alopécie androgénétique. Parmi eux, 37% déclarent être préoccupés par leur perte de cheveux, toujours d’après le sondage Ifop.

Aujourd’hui, Laure s’est acceptée et s’est détachée de son alopécie. Fatiguée de s’appliquer depuis six ans une lotion favorisant la repousse des cheveux, elle a décidé de tout arrêter.

Désormais, elle a recours à une solution plus naturelle : la perruque. Toutefois, elle souligne qu’un « chemin psychologique est à faire » pour l’accepter. « On ne passe pas des compléments alimentaires à la perruque du jour au lendemain » .

Dernièrement, Laure Saujet a lancé son propre site de volumateurs capillaires « Comme un diadème » . Pour plus d’informations, vous pouvez la retrouver sur sa chaine Youtube Sophie Fussy

>>> À lire aussi : Calvitie : Des scientifiques ont trouvé la solution pour retrouver vos cheveux !

En savoir plus sur : - -

Publié par Eugenie le 13 Fév 2020
0