Choc : une fillette de 10 ans décède des suites de mutilations génitales en Somalie

INSCRIVEZ VOUS A NOTRE NEWSLETTER
Invalid email address

Il n’est pas rare d’entendre parler de pratiques barbares ayant eu lieu à l’encontre des animaux et parfois même des hommes. En janvier dernier, des soldats indonésiens ont arraché la tête de cobras vivants et boivent leur sang devant le secrétaire de Défense Américain. Il y a quelques jours, c’est un tout autre type de tragédie qui a marqué la toile. Une fillette de 10 ans décède des suites d’une excision en Somalie.

 

Qu’est-ce que l’excision ?

Bien qu’illégale dans la plupart des pays du monde, l’excision est une pratique encore adoptée dans certaines régions d’Afrique. Avant la puberté, une ablation du clitoris des jeunes filles est pratiquée afin de les préserver jusqu’au mariage. Certains hommes refuseraient de se marier avec une femme qui n’aurait pas subi d’excision dans certains pays. Cette mutilation génitale cause souvent de graves séquelles psychologiques aux victimes et entraîne parfois leur mort. Les femmes opérées sont privées de plaisir sexuel, et ressentiraient de la souffrance lors des rapports sexuels. Une façon barbare d’assurer les maris que leurs femmes leur resteront fidèles.

 

Une fillette de 10 ans décède des suites d’une excision

Deeqa Dahir Nuur est une fillette de 10 ans. À Olol en Somalie, le 14 juillet dernier, elle va subir des mutilations génitales. En Somalie, l’excision est interdite par la loi mais reste pratiquée dans le pays : 98% des femmes seraient victimes de ce rituel encore de nos jours. Ce rituel vise à préserver la chasteté des jeunes filles jusqu’au mariage, et à les rendre « pures ». Deeqa a subi une opération ratée. La personne en charge du rituel aurait coupé une veine pendant l’opération. La pauvre fillette s’est vidée de son sang pendant deux jours, sans que ses parents s’en inquiètent. Quand ils décident enfin d’emmener la petite fille à l’hôpital, il était déjà trop tard. Deeqa n’a malheureusement pas survécu à l’hémorragie.

excision

Publié par Morgane le 24 Juil 2018