Pornographie chez les jeunes : les gynécologues tirent la sonnette d’alarme

Les jeunes sont exposés à la pornographie de plus en plus tôt et cela a de graves conséquences sur leur sexualité. Une gynécologue décortique ces conséquences.

La pornographie, la grande inquiétude des gynécologues

La Fédération nationale des collèges de gynécologie médicale a discuté de la pornographie à l’occasion de ses 7èmes assises. Un sujet qui semble passionner ces derniers temps, surtout par l’impact qu’elle a sur les jeunes. Selon les experts, la pornographie serait responsable de la baisse des rapports sexuels chez les 18-28 ans. La gynécologue Pia de Reilhac a expliqué au Parisien les conséquences de l’industrie pornographique sur les jeunes. Et le moins qu’on puisse dire c’est que ce n’est pas très rassurant. En tant que gynécologue, elle reçoit de nombreuses jeunes filles en consultation. Ces dernières lui parlent des l’impact des films que regardent leur partenaire sur leur vie sexuelle.

>> À lire aussi : 90% des jeunes de 12 ans ont déjà vu du porno: comment protéger vos enfants des sites interdits aux moins de 18 ans ?

« Je ne veux plus avoir de rapports »

« Au fil des discussions, certaines se confient et me disent, « je ne veux plus avoir de rapports », « je n’y arriverai plus », « c’est nul », « ils sont tous pareils ». Ces jeunes femmes, qui n’ont pas encore 25 ans, n’aiment pas faire l’amour avec leur partenaire qui imite les acteurs pornos. «  confie Pia de Reilhac. Beaucoup de jeunes filles n’ont pas forcément peur de l’acte en lui-même mais surtout des positions ou des pratiques qu’ont envie d’expérimenter leurs copains. Pour certaines, il y a aussi une impression de ne pas être à la hauteur. Et en effet, comment rivaliser avec des actrices professionnelles, dont c’est le métier et dont les scènes sont retravaillées en post-production ?

« D’autres ont des petites sécheresses ou douleurs parce que le garçon n’attend pas toujours qu’elle soit suffisamment excitée avant la pénétration. » raconte également la gynécologue. Les conséquences de la pornographie chez les jeunes sont donc autant physiques que psychologiques. Elles peuvent conduire à des blocages chez les jeunes filles. Et à de nombreux complexes aussi. De plus en plus de jeunes femmes demandent à se faire refaire la vulve (oui, c’est possible).  Mais les garçons ne sont pas en reste. De plus en plus de femmes regardent du porno et les hommes ressentent donc également une pression pour être performants. Certains vont jusqu’à prendre des stimulants comme du viagra, voire des drogues.

pornographie conséquences

>> À lire aussi : 10 sextape de stars hot qui ont fait scandal !

Les premiers films pornographiques sont visionnés vers 11 ans

Selon Pia de Reilhac, le plus dangereux est qu’aujourd’hui les jeunes regardent de la pornographie de plus en plus tôt. « Aujourd’hui, ces sites, accessibles sur les téléphones portables, sont visionnés de plus en plus tôt, vers 10-12 ans. Ils exaltent la performance, le rapport dominant-dominé, imposent une norme. » Alors qu’ils n’ont souvent même pas passé la puberté, les adolescents sont déjà exposés à des images à caractère pornographique. Et sur les sites pornos, rien n’est fait pour empêcher cela. Pour accéder à ces contenus, il suffit de cocher une case « Je suis majeur » . C’est tout. Et ça ne dissuade personne. Si vous cherchez à regarder du porno qui est moins nocif, avec plus de corps et de sexualités représentés, vous pouvez vous tourner vers le porno alternatif et féministe.

>> À lire aussi : Porno alternatif : quel est ce nouveau genre de X inventé par et pour les femmes ?

En savoir plus sur : - - -

Publié par Constance le 31 Déc 2019
0