Coronavirus : un nouveau phénomène inquiétant apparaît sur les patients guéris depuis quelques semaines

Un phénomène de plus en plus courant. De nombreux patients rentrés chez eux après être guéris et testés négatifs, présentent à nouveau des symptômes plusieurs semaines plus tard. Ceux-ci sont alors à nouveau testés positifs. Un vrai problème pour les médecins qui ne savent pas si ces malades sont à nouveau contagieux, ni même comment les soigner.

Sur ce sujet, l’infectiologue Benjamin Davido s’est confié à nos confrères de Futura Sciences. Et si finalement, cette deuxième vague tant redoutée en France depuis le déconfinement, serait principalement due aux anciens malades présentant à nouveaux des symptômes ?

Coronavirus, le vaccin dangereux

A lire aussi : Coronavirus : la liste des symptômes s’allonge…

D’anciens malades du coronavirus présentent à nouveau des symptômes 6 semaines plus tard

Un problème auquel est confronté ce médecin depuis quelques semaines maintenant. Benjamin Davido, infectiologue à l’Hôpital Raymond-Poincaré à Garches, dans les Hauts-de-Seine (92) voit d’anciens patients à lui revenir avec d’autres symptômes. Interrogé par nos confrères de Futura Sciences, il explique cette étrange situation.

Ces malades « se plaignent de diarrhées, de douleurs musculaires ou articulaires, de lividoses [marbrures sur les jambes] ou de manifestions cutanées« . Des symptômes connus après le début de cette épidémie et qui apparaissent souvent plus tard dans la maladie. Ici, pas de problèmes respiratoires, souvent l’un des premiers signes du coronavirus. Des malades, qui sont souvent jeunes, et une majorité de femmes « ayant développé des formes plus intenses de la maladie« , affirme Benjamin Davido.

A lire aussi : Coronavirus : ces écoles obligées de faire machine arrière une semaine après leur réouverture…

Un souci de tests défaillants pour ce médecin

Des tests peu fiables selon Benjamin Davido. « On garde inutilement des patients guéris alors qu’ils pourraient bénéficier plus tôt de soins de rééducation« . Sans compter l’impact psychologique sur ces patients, qui sont placés en isolement plusieurs semaines, et ne sortent jamais véritablement guéris.

Pour ce médecin, il faudrait carrément abandonner cette politique de tests. « Au bout d’un certain temps, le virus va se loger dans les poumons et n’est plus détectable« . Pour ces personnes alors testées positives à plusieurs semaines d’intervalle, il y a eu un « relargage » de morceaux morts du virus dans le corps du malade.

Vrai casse-tête puisque les médecins ne savent pas si ces personnes à nouveau positives au coronavirus sont contagieuses. Aucun test ne peut le dire, explique Benjamin Davido. Des cas de patients présentant des symptômes de la maladie plusieurs semaines après aussi détectés en Chine et notamment à Wuhan, berceau de cette épidémie mondiale. Et si cette deuxième vague tant redoutée provenait principalement d’anciens patients à nouveau malades ?

A lire aussi : Covid-19 : un enfant décède après avoir contracté des symptômes de la maladie de Kawasaki !

En savoir plus sur : - - -

Publié par Tom le 22 Mai 2020
0