Couverte de cloques et d’ecchymoses, cette femme papillon pose pour Vogue Italia

Lucy Beall-Bott, une étudiante texane de 21 ans, vient de réaliser un rêve qu’elle pensait irréalisable. Devenir mannequin et poser pour Vogue. La jeune femme souffre d’une maladie qui donne l’impression qu’elle a été « tabassée par un gorille ». Sa peau est couverte d’ecchymoses, de contusions, de cloques. Regardez la vidéo pour voir les photos de ce mannequin atypique, qui a été choisi pour apparaitre dans une campagne sur la diversité de Vogue Italia.

> À lire aussi : Un « enfant papillon » agonisant reçoit 10 000 cartes d’anniversaire d’inconnus (vidéo)

Sa peau est extrêmement sensible et se recouvre de blessures dès qu’on la touche

Lucy Beall-Bott, originaire du Texas, mais étudiante en droit en Écosse, à l’université de St Andrews, souffre d’épidermolyse bulleuse dystrophique récessive, souvent abrégée en RDEB. Cette maladie se traduit par une extrême sensibilité de la peau. Souvent, les enfants qui en sont atteints sont appelés les enfants papillons. On parle souvent d’enfants car malheureusement, l’espérance de vie de ces personnes est relativement limitée. La moindre friction cause des cloques et des blessures à Lucy. « Je ne compte plus le nombre de fois où on m’a dit au visage ou dans mon dos, que si je n’avais pas toutes mes cicatrices, je serais sexy. On m’a toujours appelé la “fille aux cicatrices”, comme si elles étaient les seules choses qui me caractérisent. On nie tous les autres aspects de mon apparence ou de ma personnalité », déplore Lucy.

> À lire aussi : Atteint d’une horrible maladie, « l’enfant papillon », Jonathan Pitre est mort à 17 ans

Vogue Italia l’a choisie pour poser en tant que mannequin dans son numéro spécial

La vie de Lucy est très compliquée. Souvent, cette maladie cause des ulcères dans la bouche, elle doit donc se brosser les dents avec prudence, tout comme lorsqu’elle avale et mange des choses trop dures. Récemment, elle a subi une greffe de peau à la main, en prélevant un lambeau de sa jambe, car son épiderme était tellement endommagé à la main qu’il n’allait plus cicatriser. Lucy a l’habitude qu’on lui demande si elle vient de survivre à un accident de voiture. On lui a même déjà demandé si elle s’était fait « tabasser par un gorille ». Elle a été contactée par Vogue Italia, qui réalise un numéro spécial, dans le cadre de sa campagne « Je suis la femme que je suis », qui célèbre la diversité féminine. « Je sais que cela va rendre ma vie plus courte, mais je le sais depuis 21 ans. Je peux considérer mes blessures comme quelque chose contre laquelle je lutte ou je peux considérer mon corps comme quelque chose qui me motive à vivre, qu’est-ce qui est le mieux ? ».

> À lire aussi : Melanie Gaydos, la mannequin née sans dents, sans ongles et sans cartilage !

peau

Crédits : Barcroft Media

Publié par Nicolas F le 21 Mar 2020
0