Covid-19 : une deuxième vague cet été ? L’hypothèse se précise

Depuis quelques semaines, la France voit peu à peu apparaître un regain d’activité du covid-19 sur le territoire national. Entre les traces de virus retrouvées dans les eaux usées de Paris, l’augmentation des appels à SOS médecins et une diminution de la chute des nouveaux cas contaminés, l’hypothèse d’une deuxième vague se pose concrètement. Jean-François Delfraissy, infectiologue au Comité consultatif national d’éthique et président du Conseil scientifique, « ne voit pas comment on éviterait un retour du virus dans l’hémisphère Nord à l’automne » , il l’attend même pour cet été. Retour sur ces annonces assez choquantes.

À lire aussi : Coronavirus : une deuxième vague inévitable en France ? Un épidémiologiste envisage le pire pour cette période de l’été

Une deuxième vague pointera-t-elle son nez cet été ?

Plus le confinement s’éloigne, plus les françaises et les français se relâchent. En effet, avec la réouverture des bars, des restaurants, la reprise de l’activité, les bonnes habitudes sanitaires, à savoir les gestes barrières, se perdent. Or, à force de tirer trop sur la ficelle et prendre des risques, la France risque de voir arriver une nouvelle vague bien plus tôt que prévue. 

Jean-François Delfraissy, expert en la matière au vu de son poste de président du Conseil scientifique, n’est absolument pas serein sur l’avenir sanitaire de la France. Dans un entretien accordé au Monde, il affirme dans un premier temps qu’il « ne voit pas comment on éviterait un retour du virus dans l’hémisphère Nord à l’automne«  . Sans être « hors de contrôle », l’épidémie a de fortes chances de revenir envahir le territoire.

Ce spécialiste va plus loin. Pour lui, l’arrivée d’une deuxième vague va de paire avec le respect des gestes barrières. Or, il constate que les recommandations sanitaires ne sont pas prises au sérieux : « les mesures de distanciation sociale sont en train de nous échapper. Il faut que tout le monde comprenne que – sans même parler de la deuxième vague – nous sommes à la merci d’une reprise en France » .

Face à ce relâchement général, la seconde vague pourrait arriver plus tôt que prévue, soit cet été : « l’été pourrait se passer dans des conditions optimales, à condition que les mesures de distanciation sociale se poursuivent. Or, je suis frappé de voir que ce n’est pas le cas » 

Il recommande au gouvernement de rester en « alerte forte »

En observant la situation dans d’autres pays, notamment les Etats-Unis, qui se heurtent à une première vague prolongée de l’épidémie, Jean-François Delfraissy recommande au gouvernement français de rester aux aguets. Aujourd’hui, deux scénarios sont envisagés :

« il s’agit des scénarios 3 (une reprise diffuse et à bas bruit de l’épidémie) et 4 (l’épidémie atteint un stade critique). Il est donc totalement fondamental que l’ensemble des services de l’Etat restent dans une situation d’alerte forte durant cette période d’été et qu’on ne cède pas aux sirènes des vacances. »

Pour l’hypothèse de cette deuxième vague, cet infectiologue « souhaite » se « tromper » . Pourtant, entre le relâchement général des citoyens, l’arrivée des vacances estivales, l’augmentation des appels à SOS médecins, les nouveaux cas, la France semble se tourner inéluctablement vers un scénario catastrophe. Le point positif : l’état en connait un rayon sur le virus, possède des outils efficaces (masques, tests, recherche des cas contacts) et a surtout élaboré une stratégie d’attaque bien rodée. À côté, il est nécessaire de faire jouer notre responsabilité individuelle à chaque instant. 

Source : Le Monde

À lire aussi : Pékin : face à la deuxième vague, la ville prend une décision radicale

En savoir plus sur : - -

Publié par Salomee le 10 Juil 2020
0