Durex dans l’obligation de rappeler des milliers de préservatifs

Durex s’est vu dans l’obligation de rappeler des milliers de préservatifs au Canada. Les produits n’auraient pas passé avec succès les tests de durabilité.

 

Durex rappelle des milliers de préservatifs

Jeudi, l’entreprise Durex rappelle des milliers de préservatifs au Canada. En cause, l’échec des produits au test de durabilité. Ce n’est pas la première fois que la firme rencontre ce genre de problème. En effet, déjà en juillet, la même situation se présente avec le Royaume-Uni, l’Irlande et la Belgique.

 

 

 

Ils se sont rendu compte que les produits commercialisés ne répondent pas aux exigences normalement demandées. En effet, il peut y avoir un risque accru d’éclatement lors de leur mise en place de leur utilisation. La société explique que les préservatifs « ne devraient pas respecter les spécifications de pression de rupture enregistrées à la fin de la durée de conservation ». Rassurons-nous, dans l’Hexagone, aucun produit n’a été rappelé et cela ne concernerait que nos collègues canadiens.

 

 

 

 

durex-preservatifs

Durex Real Feel Extra lubrifié 10ct, numéro de lot 1000443254, et Durex Real Feel 20ct, numéro de lot 1000356816

 

 

 

Des préservatifs qui risquent d’éclater

Du coup, Durex déclare dans un communiqué : « il n’y a pas de préoccupations immédiates en matière de sécurité pour les consommateurs et seuls des lots spécifiques sont concernés. » Par ailleurs, ils ajoutent : « nous travaillons en étroite collaboration avec santé Canada et avons décidé de rappeler les lots concernés. » Alors si jamais vous étiez du côté de Québec ou de Montréal, voici les préservatifs concernés : Durex Real Feel Extra lubrifié 10ct, numéro de lot 1000443254, et Durex Real Feel 20ct, numéro de lot 1000356816.

 

 

 

Quoi qu’il en soit et si jamais vous avez été exposé au virus du VIH, sachez qu’un traitement d’urgence existe. Il se nomme le traitement post exposition au VIH (TPE) ou prophylaxie post exposition. Il a pour but de bloquer la multiplication du virus et empêcher sa dissémination. Entamé le plus tôt possible, entre 4 à 48 heures, le traitement dure 4 semaines et doit être pris avec rigueur. Sachez enfin qu’il ne s’agit en aucun cas d’un moyen de prévention mais d’un traitement relativement lourd puisqu’il provoque de nombreux effets indésirables et n’est pas efficace à 100 %.

En savoir plus sur : - - -

Publié par Claire le 06 Jan 2019