Diagnostiquée à tort d’un cancer du sein, elle subit une ablation de la poitrine et de la chimio pour rien

 

L’histoire de Sarah Boyle est l’une des histoires d’erreur médicale la plus terrible que l’on puisse entendre. Son mari Steven a décidé de parler dans les médias pour faire connaître son histoire. Cette Britannique a subi une double mastectomie et a suivi un traitement de chimiothérapie… pour rien. Elle avait été diagnostiquée atteinte d’un cancer du sein, alors qu’il n’en est rien. Elle va devoir encore ressentir les effets secondaires de son traitement pendant au moins 5 ans.

> À lire aussi : Victime d’une erreur médicale, elle ne peut plus fermer les yeux et la bouche, mais elle a appris à avoir confiance en elle

L’annonce de son cancer fut un coup de massue et l’annonce de l’erreur médicale un deuxième coup

Cette maman de 28 ans vit un calvaire depuis près de trois ans. L’hôpital universitaire Royal Stoke, dans le Staffordshire, a diagnostiqué un cancer du sein à Sarah Boyle, fin de l’année 2016. Elle s’était rendue à l’hôpital quand elle avait remarqué qu’elle avait du mal à allaiter son plus jeune fils. Le verdict lui est tombé dessus sans prévenir, sauf que le médecin qui a réalisé l’histopathologie, l’analyse de ses prélèvements, avait identifié à tort des cellules cancéreuses dans ses tissus. S’en suit des mois de traitement dont de la chimiothérapie. En plus d’avoir perdu ses cheveux à cause du traitement, elle a également perdu ses deux seins. Il a été décidé de pratiquer une double mastectomie, c’est-à-dire une ablation totale de la poitrine afin d’empêcher les cellules cancéreuses de se propager.

> À lire aussi : Marseille : victime d’une erreur médicale, elle expulse du matériel médical de son vagin ! (vidéo)

Elle s’est fait retirer la poitrine et a subi de lourds traitements pour rien

Presqu’un an plus tard, de nouvelles analyses ont révélé que le diagnostic était erroné. Les traitements subis s’approchent de la torture, si ceux-ci sont pratiqués sans raison et l’ablation est perçue comme de la mutilation. Son mari, Steven, veut absolument faire connaitre l’histoire de sa femme et a décidé de faire du bruit en parlant à la presse. « Ils t’ont mutilée, Sarah », dit-il en s’adressant à sa femme. « Ils t’ont charcutée et empoisonnée alors que tu n’avais besoin de rien de tout ça. Tu n’as jamais été malade ». Le mal est fait. Elle subit encore aujourd’hui les effets indésirables des traitements, sans parler du traumatisme causé par l’annonce de son cancer dans un premier temps puis l’annonce de l’erreur médicale par après. « Peu à peu je deviens plus forte mais on m’a dit que je pourrais ressentir des effets secondaires de la chimiothérapie pendant cinq ans. Il va également falloir que je me refasse opérer ». L’hôpital a fait savoir que ce genre d’erreur était extrêmement rare et les compensations financières sont en cours de calcul. L’hôpital s’est également dit prêt à pleinement collaborer avec la justice.

> À lire aussi : Cancer du sein : cette habitude qui augmenterait considérablement les risques et que les femmes ignorent

Crédits : SWNS

En savoir plus sur : - - - - - -

Publié par Nicolas F le 07 Oct 2019
 
0