Une étude menée par 200 chercheurs de 29 pays révèlent les dangers des gels antibactériens…

Les gels antibactériens veulent notre peau

La nouvelle tombe comme un couperet. Si vous utilisez des gels antibactériens, comme c’est le cas de beaucoup de personnes, voilà qui risque de ne pas vous faire plaisir. Et pour cause, 200 chercheurs de 29 pays différents nous mettent aujourd’hui en garde contre ce produit. Il a l’air inoffensif ? Détrompez-vous, il contient du triclosan ainsi que du triclocarban. Deux perturbateurs endocriniens qui favoriseraient le développement du cancer du sein. C’est ce que vient de nous confirmer un manifeste publié dans la revue Environmental Health Perspectives. D’ailleurs, on y apprend également que la « Food and Drug Administration« , une autorité sanitaire américaine, aurait interdit la vente de 19 produits antibactériens. Les perturbateurs endocriniens constituent un véritable danger pour notre santé.

gels antibacteriensShutterstock

Ils favorisent le développement du cancer

L’Université du Missouri a réalisé une étude en 2015. Celle-ci avait révélé que la plupart des produits antibactériens favorisent l’absorption du bisphénol A. Il s’agit également d’un perturbateur endocrinien. Les antibactériens des hôpitaux ne seraient apparemment pas concernés. Ces gels pourraient donc être la cause de maux de tête, de nausées et autres désagréments. Bien pire encore, ils pourraient nous rendre résistants à certains microbes. Et donc devenir totalement inutiles. Très clairement, essayez de limiter leur utilisation, voir de la stopper complètement. Ce n’est pas toujours facile d’en trouver, mais mieux vaut privilégier l’eau et le savon de Marseille pour se désinfecter.

Shutterstock

93 % du lait maternel serait contaminé

On estime que le triclocarban et le triclosan seraient présents dans plus de 2000 produits. Comme du dentifrice, des détergents ou même des jouets. Autre détail tout aussi alarmant, on en retrouve dans notre propre sang ainsi que dans 60 % des cours d’eau aux États-Unis. Et là, c’est la cerise sur le gâteau, ils sont également présents dans 93 % du lait maternel. Ce qui peut engendrer un mauvais développement du fœtus durant la grossesse. Espérons que le nécessaire soit fait rapidement pour retirer ces produits dangereux du marché.

Shutterstock
Crédit photo à la une : Shutterstock

Publié par Charlene le 30 Juin 2017
 
0