Attention à ces médicaments que vous utilisez tous ! Un surdosage peut avoir de graves conséquences…

L’ANSM a demandé à inscrire, sur les boîtes de médicaments contenant du paracétamol, un message alertant le consommateur en cas de surdosage.

Contenu dans près de 220 médicaments, le paracétamol est une molécule permettant de soulager les douleurs légères et les états dits fébriles. Utilisées sans ordonnance, près d’un milliard de boîtes de paracétamol sont vendues chaque année en France. Cependant, certains et certaines ne respectent pas les dosages et s’exposent à des dangers pouvant impacter leur santé.

>>> À lire en plus : Voici la méthode ultime pour ne plus vous faire embêter par les moustiques !

Du paracétamol en surdosage peut détruire un foie en 24 à 48 heures

Fervex, Doliprane ou encore Dafalgan, ces médicaments peuvent s’utiliser en automédication. Face à des notices d’utilisation rarement lues et des problèmes de surdosage de paracétamol, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé a annoncé mentionner ces boîtes avec un triangle rouge : « Surdosage = danger. » Selon le Parisien, « les laboratoires devront inscrire dans un délai de neuf mois, la mention à l’avant des quelque 200 boîtes de médicaments contenant du paracétamol. »

Face à des surdosages, les conséquences peuvent être très graves puisque si un individu ingurgite plus de 4 grammes de paracétamol, il risque de « détruire son foie en 24 à 48 heures » ou de subir une « greffe hépatique d’origine médicamenteuse. »

>>> À lire en plus : Un randonneur entre la vie et la mort après avoir été piqué 300 fois par des abeilles

Le décès de Naomi Musenga, intoxiquée au paracétamol

Selon le journal régional, le consommateur doit suivre les indications à la lettre pour ne pas prendre de risques comme « espacer les prises d’au moins quatre heures, ne pas dépasser trois comprimés par jours sans avis médical ou ne pas prendre d’autres médicaments contenant du paracétamol. » Cette prescription arrive près de deux ans après l’Affaire Naomi Musenga, une jeune femme de 22 ans qui avait perdue la vie après avoir été intoxiquée au paracétamol, « absorbé pendant plusieurs jours par automédication. » 

>>> À lire en plus : D’après les scientifiques, le VIH pourrait bientôt se soigner ! Le remède miracle, enfin ?

En savoir plus sur : - - - -

Publié par Églantine le 10 Juil 2019
 
0