Incroyable ! Cette femme a vécu jusqu’à 99 ans avec… tous ses organes à la mauvaise place

Rose Marie Bentley est décédée à l’âge de 99 ans. À sa mort, cette Américaine décide de léguer son corps à la science. Les médecins ont alors fait une drôle de découverte.

L’Américaine Rose Marie Bentley a vécu sa vie normalement. Et pour cause, elle ignorait tout de sa malformation. À sa mort, elle a décidé de donner son corps à la science. Cam Walker l’a alors auscultée à l’université d’Oregon. Il a confié « Je savais que quelque chose clochait mais il nous a fallu un moment avant d’observer son anatomie » . Le 1er avril 2019, le médecin et ses collègues ont rendu leur rapport : la plupart de ses organes vitaux étaient à la mauvaise place. Cette Américaine née en 1918 était coiffeuse de profession, mère de cinq enfants, passionnée de natation et pourtant elle ignorait qu’elle soufrait de situs inversus avec lévocardie, une maladie rare.

>> À lire aussi : À cause d’une maladie rare, le pelage de cette chatte change totalement de couleur

Une maladie rare où tous les organes sont inversés

Cette malformation est rare. En effet les principaux viscères et organes sont inversés dans une position miroir par rapport à leur disposition normale. Ce qui est à droite se trouve à gauche et vice-versa. Le situs inversus avec lévocardie ne concerne qu’une naissance sur 22 000. Vous avez donc peu de chance d’être l’élu malchanceux. Cette malformation entraîne souvent une grave maladie du cœur. Le professeur d’anatomie explique à CNN : « Elle intervient au cours des premières semaines de gestation, entre 30 et 45 jours, sans que l’on sache pourquoi » . L’espérance de vie des personnes atteintes de cette maladie est extrêmement faible. Seulement 5 à 13% vivent au-delà de cinq ans. Rose Marie Bentley a battu le record de longévité qui était auparavant de 75 ans. L’Américaine a vécu sa petite vie paisiblement sans graves problèmes médicaux. Trois organes ont dû lui être retirés de son vivant mais les médecins n’avaient constaté que le déplacement de l’appendice. Sa fille déclare que si Rose l’avait su « elle aurait trouvé ça trop cool de pouvoir apprendre quelque chose à la science et d’être différente » .

Le cas de cette Américaine qui a vécu bien plus longtemps que la moyenne avec une pathologie rare a été présenté lors de la réunion annuelle 2019 de l’Association américaine d’anatomistes à Orlando.

>> À lire aussi : Atteinte d’une maladie rare, cette femme n’entend plus la voix des hommes

Publié par Emma le 16 Avr 2019
0