Ne pouvant se payer l’opération, elle prend un cutter et enlève elle-même ses prothèses mammaires qui la gênaient

Attention, l’histoire qui va suivre n’est un exemple qu’il ne faut suivre en aucun cas. Tonia Rossington, une mère complètement dévastée par l’opération d’augmentation mammaire qu’elle avait subi quelques années auparavant. Regrettant totalement cette opération, elle a décidé de se faire enlever les implants qui lui pourrissent la vie. Ne pouvant bénéficier d’un remboursement de la sécurité sociale et ne pouvant se permettre le prix de l’opération, elle a décidé de se faire enlever ses prothèses mammaires toute seule. Elle a pris cutter, une bouteille d’alcool et s’est entaillée la poitrine. Très facilement, la prothèse est sortie et elle se remet de ses blessures, satisfaite de son opération aux allures de bricolage.

 

Elle regrette terriblement son augmentation mammaire

Comme de nombreuses femmes qui ont un manque de confiance en elle, Tonia Rossington avait succombé à la tentation d’avoir recours à la chirurgie esthétique. Il y a quelques années, elle avait décidé de faire augmenter la taille de sa poitrine. Quatorze ans plus tard, elle décide de redevenir naturelle car ses seins de bonnet G ne correspondent plus à son physique. Mais surtout, la première opération lui a causé des problèmes. Un nerf avait probablement été touché lors de l’opération et cette erreur médicale lui a causé une dépression. Elle pensait que l’opération d’explantation serait assez simple, alors elle se rend chez son médecin pour entamer la procédure de réduction mammaire.

 

Elle demande à son médecin de l’aider

Elle comprend bien vite que tout ça ne sera pas aussi simple qu’elle le pensait. Si elle veut bénéficier d’une aide financière ou d’un remboursement de la mutuelle britannique, elle doit s’inscrire sur une liste d’attente et remplir tout un tas de critères. Ce problème la ronge et elle commence même à se demander si elle n’est pas devenue folle. Elle écrit une lettre formelle à son médecin pour lui expliquer qu’elle a maintenant des problèmes mentaux liés à cette opération. « J’ai commencé à souffrir d’anxiété et de dépression, et mes énormes seins me minaient le moral. » Mais il semblerait que son cas ne satisfasse toujours pas les critères et elle n’était pas prête à débourser les 3 500 euros que coute l’opération.

 

Elle s’ouvre la poitrine avec un cutter

Complètement au bord de la crise de nerfs, elle décide de régler son cas par elle-même. Elle a pris un cutter dans une armoire, elle a trouvé une bouteille d’alcool désinfectant et un sachet de glaçons. Elle a repéré la cicatrice que lui avait causé la première opération et elle a entaillé sa peau au même endroit, se disant qu’en coupant là, elle ne toucherait par chance aucun nerf ni artère. Comme elle souffrait déjà d’une insensibilité, elle n’a pas eu mal durant son opération. En 10 minutes, elle avait retiré les deux prothèses. « Je me suis mise face au miroir. Je me suis posée quelques instants et j’ai d’abord fait une petite coupure pour voir si j’avais mal. J’ai soulevé mon sein, j’ai mis de la glace contre pendant 5 minutes, jusqu’à ce que je ne sente plus rien. »

 

Elle enlève elle-même ses prothèses mammaires

« Mon dieu, c’était dégoutant. L’implant s’était clairement déchiré », constate-t-elle lorsqu’elle arrive à progresser dans la peau. « C’était visqueux et il y avait tout ce tissu de graisse. Puis il y a comme une poche. J’avais lu des choses à ce sujet. Il s’agit comme d’une poche qui se forme autour de l’implant et je me suis dit qu’il fallait maintenant couper à travers ça ». Tonia s’était un peu renseignée sur Internet auparavant pour savoir de quoi était composée sa poitrine. Après avoir coupé la poche, elle aperçoit la prothèse. « Il y avait du silicone partout. Et quand je tirais dessus, ça se transformait en bouillie ». Finalement, l’implant s’est expulsé de lui-même. Elle a dû recommencer la même opération pour le côté gauche.

 

Les implants mammaires s’étaient déchirés

Afin de ne pas souffrir d’infection, elle s’est rendue aux urgences où on lui a recousu proprement les deux trous sous les aisselles. Heureusement pour elle, elle se remet bien de son opération, mais cela aurait pu mal tourner. « Je ne suis pas gênée de ce que j’ai fait. Cela devrait aider à prendre conscience aux gens combien certaines femmes peuvent être désespérées ». Évidemment, elle met en garde les femmes qui veulent se faire augmenter les seins sur un coup de tête. « Maintenant qu’ils sont partis, je m’adore. Je vais être honnête, mes seins n’ont pas belle allure. Il y a plein de peau flasque qui pend. Mais jamais plu je n’aurai d’implants. C’était la plus grosse erreur de ma vie ».

prothèses mammaires opération enlever

Crédits : Triangle News

Publié par Nicolas F le 24 Avr 2018