Les femmes ronflent autant que les hommes, et cela peut-être dangereux !

Au 21ème siècle, les hommes en ont marre de devoir toujours se justifier sur leurs ronflements, parfois intempestifs, que les femmes leur reprochent. Eh oui, mesdames, vous aussi vous ronflez ! Et loin d’être un petit vibreur de téléphone, vous vous rapprochez parfois des basses d’un festival de musique. Stop les préjugés. Les femmes ronflent aussi, au moins autant que les hommes.

>> À lire aussi : Voilà comment réagir lorsque votre ami(e) ronfle beaucoup trop fort ! (vidéo)

Quand les femmes n’assument pas de ronfler !

Chez les hommes, le ronflement est plutôt courant. Et les proches, notamment les partenaires des hommes, ne cessent de leur rappeler. « Tu ronfles trop fort » , « Tu m’empêches de dormir » et toutes ces reproches qui agacent les hommes. Mais que voulez-vous ? Ils n’y peuvent rien… Surtout que les femmes ne sont pas mieux. Une étude israélienne a démontré que le ronflement serait un phénomène touchant les hommes autant que les femmes. Le tout, c’est de l’assumer. Combien de fois un homme est tombé sur une femme qui refuse d’admettre ses ronflements, alors que la nuit tombée, les mûrs tremblent, et les voisins pensent que vous passez la tondeuse. Désolé mesdames, nous venons de dévoiler votre secret aux yeux du public.

>> À lire aussi : Il transforme son masque pour l’apnée du sommeil en Alien

« Vous pourriez arrêter de passer l’aspirateur en pleine nuit ? » – Désolé, c’est ma femme qui ronfle !

Mais, alors que les femmes ronflent autant que les hommes, pourquoi la gent masculine reste la seule fautive des courtes nuits du voisinage ? Tout simplement car les femmes n’assument pas. Le professeur Nimrod Maimon, auteur de l’étude, s’est tourné vers près de 2000 personnes pour déterminer qui ronfle le plus. Finalement, le plus grand défaut des femmes reste … La mauvaise foi. « Nous avons trouvé que malgré le fait que les femmes ronflent autant que les hommes, elles avaient tendance à peu le déclarer… Et à sous-estimer l’intensité de ces ronflements » explique le professeur. En effet, 88 % des femmes de l’étude ronflent, mais seulement 72 % l’ont avoué au préalable. Et les hommes ? Eh bien, ils surestiment leurs ronflements, puisque 93 % estiment ronfler, alors que 92,6 % émettent des bruits de tondeuses à la nuit tombée.

Les ronflements sont un signe de l’apnée du sommeil

Sur la question de l’intensité, il semblerait que les hommes et les femmes soient ex aequo. Les femmes émettent, à leur pic de ronflements, 50 décibels, contre 51,7 pour les hommes. Pour vous imager la situation, hommes et femmes, lorsqu’ils ronflent, reproduisent les mêmes décibels qu’un lave-vaisselle. Alors je ne sais pas vous, mais le mien m’empêche de dormir ! Cependant, le professeur insiste sur le fait que les ronflements peuvent cacher des problèmes de santé, et ne pas les assumer peut s’avérer, à l’avenir, plus grave qu’on ne le pense. Ne pas assumer ses ronflements pourrait conduire à un sous-diagnostic de l’apnée du sommeil, qui se traduit par des arrêts respiratoires pendant que vous dormez. L’apnée du sommeil peut avoir un impact sur le coeur, et augmenter le risque d’arrêt cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.

Mesdames, assumez vos ronflements !

>> À lire aussi : Le saviez-vous : qu’est-ce que le sommeil paradoxal ?

En savoir plus sur : - - - -

Publié par Jessy le 26 Mai 2019
0