Son grand-père est mort car elle ne voulait pas lui faire un don d’organe… Elle dévoile la raison choquante à cette décision

La confession de cette jeune femme, dont nous tairons l’identité et que nous appellerons Laura, a énormément fait réagir sur Facebook. Son histoire pose des questions sur les limites morales et éthiques de chacun. Si la vie d’un meurtrier était entre vos mains, seriez-vous prêt à faire un geste pour le sauver ? Si cette personne était un raciste que feriez-vous ? Et si c’était un pédophile ? Laura a donné son avis sur la question, ayant elle-même été confrontée à ce dilemme étant adolescente. Elle a expliqué avoir fait le choix de ne pas donner son rein à son grand-père qui était membre du Ku Klux Klan et aurait molesté des enfants.

> À lire aussi : Castration chimique des pédophiles : ce pays a décidé de passer à l’action !

À 16 ans, elle décide de ne pas donner son rein à son grand-père et il meurt

« Mon grand-père est mort quand j’avais 16 ans », commence Laura dans sa confession sur Facebook. « Il est mort parce que j’ai refusé de lui donner un rein. J’étais son seul donneur compatible ». Votre jugement concernant sa décision changera peut-être en lisant la suite. « J’ai refusé car il était membre du Ku Klux Klan et il avait molesté des enfants. Je ne fais pas pousser des reins pour les membres du KKK et pour les pédophiles », écrit-elle. Dès le jour de la mort de son grand-père, Laura a décidé de s’inscrire sur la liste des donneurs d’organes et un an plus tard, elle a donné son rein à un inconnu.

> À lire aussi :  Un festival où les blancs payent plus cher ? L’idée des co-organisatrices fait polémique !

Son grand-père était membre du Ku Klux Klan et pédophile

Les réactions sont très partagées, car des internautes lui indiquent qu’une vie est une vie et elle n’est personne pour décider de la vie ou la mort d’une personne mais la plupart des gens sont d’accord avec elle : « Merci d’avoir sauvé quelqu’un en donnant un organe à quelqu’un qui en valait la peine. » « C’est ton rein alors tu en fais ce que tu veux », commente un autre. « Il n’y a pas de raisons que tu réduises ton espérance de vie pour une personne mauvaise. J’aurais aimé avoir ce niveau de courage ». Qu’auriez-vous fait à la place de Laura face à ce dilemme ?

> À lire aussi : Une campagne originale pour le don d’organes

Crédits : Facebook/I Dream Of Being This Petty, PA

En savoir plus sur : - - - - - - - -

Publié par Nicolas F le 07 Sep 2019
0