Posséder un chien réduirait le risque de mourir prématurément selon des études

 

D’après plusieurs études, le fait d’avoir un chien réduirait de 24% le risque de mourir prématurément. Des résultats à prendre avec des pincettes puisqu’il ne s’agit que d’observations.

Dans le journal d’American Heart Association nommé « Circulation » , Caroline Kramer, endocrinologue de l’Université Mount Sinai, a publié un article rassemblant plusieurs rapports montrant une corrélation entre le fait d’avoir un chien et l’état de santé du propriétaire de l’animal.

Basées sur un échantillon de 4 millions de personnes des États-Unis, du Canada, de Scandinavie, de Nouvelle-Zélande, d’Australie et du Royaume-Uni, les analyses de Caroline Kramer ont montré que « la possession d’un chien était associée à une réduction de 24 % de la mortalité, toutes causes confondues » , explique t-elle, rapporte CNN.

Quand être maître d’un chien joue sur la santé

Les personnes ayant déjà eu une crise cardiaque ou un AVC seraient particulièrement avantagées grâce à ce lien entre l’animal et son propriétaire. « Pour ces gens, avoir un chien était encore plus bénéfique. Le risque de mourir d’une maladie cardiovasculaire était réduit de 31 %«  , explique Caroline Kramer. Les propriétaires de chien auraient par ailleurs de meilleurs résultats de santé après avoir subi un événement cardiovasculaire. Des résultats encore plus impressionnants lorsqu’il s’agit d’un(e) propriétaire de chien vivant seul.

En effet, les survivants d’une crise cardiaque qui vivaient seuls et qui possédaient des chiens présentaient un risque de décès de 33 % inférieur à celui des personnes qui ne possédaient pas de chien. Pour les personnes ayant survécu à un AVC et vivants seuls, ils présentaient un risque de décès réduit de 27%.

« Nous savons que la solitude et l’isolement social sont de puissants facteurs de risque de mort prématurée et notre hypothèse était que la compagnie d’un animal de compagnie peut atténuer ce risque », a déclaré Tove Fall, professeur agrégé d’épidémiologie à l’Université d’Uppsala en Suède.

>>> À lire aussi : Un tétraplégique remarche grâce à un exosquelette dirigé par son cerveau

Des résultats à prendre avec des pincettes

Toutefois, les résultats de ces rapports ne prouvent pas que le fait de posséder un chien augmenterait l’espérance de vie chez l’homme puisqu’il s’agit ici d’observations faites par des experts. Seul un essai clinique aléatoire pourrait le prouver précise CNN.

En effet, la corrélation établie par les experts pourrait être liée à plusieurs de facteurs comme par exemple le fait qu’un propriétaire de chien ferait plus d’exercices physiques car il doit promener son animal de compagnie, contrairement à celui qui n’en a pas. Une étude souligne même que les personnes ayant un chien feraient jusqu’à 30 minutes d’exercice de plus par jour que ceux qui ne marchent pas.

« Est-ce parce que vous faites de l’exercice ou parce qu’il y a une différence dans le type de personne qui choisirait d’avoir un chien par rapport à quelqu’un qui ne le ferait pas ? Sont-ils en meilleure santé ou plus riches ? » , s’interroge le Dr Martha Gulati dans la revue d’American Heart Association.

>>> À lire aussi : Santé : le régime végétarien augmenterait de 20% le risque d’AVC

En savoir plus sur : - - -

Publié par Eugenie le 09 Oct 2019
 
0