En quelques heures, une bactérie lui a mangé un bout de sa jambe, laissant un trou dans la cuisse

Haley Noele, 29 ans, a vécu un vrai cauchemar. Elle a vu sa jambe se transformer rapidement. Un trou nécrosé s’est propagé sur sa cuisse, comme si sa chair se consommait d’elle-même. À cause d’une bactérie nécrosante, elle aurait pu perdre sa jambe. Heureusement, elle est allée directement à l’hôpital et la progression de la bactérie a pu être arrêtée, alors qu’elle avait déjà fait un trou de la taille d’une balle de tennis. Le combat de la jeune femme dure depuis quatre ans, elle peut enfin se débrouiller pour marcher toute seule.

(SWNS)

Une bactérie présente dans les selles l’a attaquée

Tout est allé très vite pour Haley, médecin-urgentiste de profession à Wabash, en Indiana. Elle a failli perdre sa jambe en quelques heures seulement, alors qu’elle pouvait observer un trou de chair s’agrandir d’heure en heure sur sa cuisse. Tout a commencé, alors qu’elle est venue secourir un jockey qui était tombé de son cheval. Sans le savoir, elle est entrée en contact avec une bactérie présente dans le purin qui trainait au sol. En 24 heures, elle a senti ses organes la lâcher et des petites taches rouges sont apparues sous la peau de sa jambe.

(SWNS)

Elle a survécu là où 73% des cas décèdent

Elle attrape de la fièvre et dès le lendemain matin un ami la conduit à l’hôpital, étant elle-même médecin elle a tout de suite craint le pire. En arrivant à l’hôpital, les docteurs ont même prévenu la famille qu’elle risquait de mourir. La suite s’enchaine très vite, elle doit être opérée d’urgence. En tout, elle aura droit à six opérations et restera deux mois en isolement, sous respirateur artificiel. Elle a réussi à survivre à cette infection rare, alors que 73% des personnes atteintes en meurent habituellement. La plaie était déjà de la taille d’une balle de tennis lorsqu’on a dû l’opérer.

(SWNS)

Quatre ans plus tard, elle se remet toujours de ce drame

Celle qui était médecin depuis huit ans, a dû mettre sa carrière sur pause. Elle est heureuse d’être en vie, mais sa vie à présent est d’essayer de marcher correctement. Cela fait quatre ans qu’elle a eu cette nécrose et elle n’a toujours pas pu retourner travailler. « Quand j’ai vu la plaie, j’étais terrorisée. Je ne pouvais pas imaginer qu’une plaie de cette taille pouvait arriver si vite. On aurait dit la gangrène. Ça m’a rendue malade de penser qu’une bactérie pouvait manger ma chair et la rendre noire. Si je n’étais pas allée à l’hôpital dès le lendemain, je serais morte ». « Je suis heureuse d’être en vie, mais je suis quand même un peu morte. D’une certaine façon, je suis morte car j’ai changé de vie. J’ai perdu la carrière que j’aimais tant. J’ai dû déménager à deux heures d’où j’habitais, pour me rapprocher de ma famille. J’ai tout perdu. »

(SWNS)

L’horreur continue, elle se fait enlever le colon

Dans son malheur, Haley a en plus dû être opérée à plusieurs reprises car elle a été infectée par l’E.coli, lors de l’une de ses opérations. Une partie de son appareil intestinal a dû être enlevé lors d’une colostomie. À cause de cette opération, ses reins se sont mis à dysfonctionner et son cœur était surmené. Ses fluides corporels n’étaient plus évacués à cause de ses reins en mauvaise santé et son ventre a gonflé, jusqu’à ce qu’on ait l’impression qu’elle était enceinte de neuf mois.

(SWNS)

Elle est positive et va recommencer sa vie

Aujourd’hui, tout va mieux pour Haley qui est soutenue par son compagnon, Levi et son père, John. Elle compte reprendre bientôt un travail, toujours dans le secteur médical. Comme elle ne peut plus être sur le terrain, elle pense à devenir dispatcher dans un centre d’appels de secours ou dans le secteur public médical. Elle est évidemment très heureuse d’être en vie et d’avoir pu garder sa jambe, alors que dans la plupart des cas, la nécrose laisse peu de choix.

Publié par Nicolas F le 08 Juil 2017
 
0