Plus de 2000 fœtus retrouvés au domicile d’un médecin spécialiste de l’avortement qui avait perdu sa licence (vidéo)

Horreur totale au domicile d’Ulrich Klopfer, 74 ans, un docteur radié de l’ordre des médecins depuis 2016. La police a découvert chez lui précisément 2246 fœtus. L’homme a possédé pendant plusieurs décennies trois cliniques d’avortement. La police est arrivée au domicile du médecin pour constater les restes humains, alors que les proches du docteur Klopfer vidaient sa maison, quelques jours après sa mort. Regardez la vidéo pour en savoir plus sur cette histoire morbide :

> À lire aussi : Avortement : l’Alabama vote la loi la plus répressive des Etats Unis pour limiter l’accès à l’IVG

Le médecin avait perdu le droit de pratiquer des avortements depuis 2016

Selon un journal local, le docteur Ulrich Klopfer aurait pratiqué plus de dix mille avortements dans sa vie, faisant de lui l’un des médecins les plus actifs de tout l’État de l’Indiana, aux États-Unis. Le cas de ce médecin, décédé ce 3 septembre, avait déjà attiré l’attention de patients, de confrères et même de l’ordre des médecins. En 2016, il avait perdu sa licence et son droit d’exercer, suite à de nombreux manquements éthiques et entorses aux règles de la profession. Sa clinique avait fait l’objet de 27 manquements pointés par le Bureau de la santé de l’Indiana en 2015. En 2014, les autorités lui avaient donné un avertissement, alors qu’il pratiquait des avortements sans respecter la loi de l’Indiana qui exige que toute intervention doit être précédée d’une période de réflexion de 18 heures. Le médecin pratiquait l’avortement dès la première consultation.

> À lire aussi : Loi anti-avortement : 99 ans d’emprisonnement pour les femmes en Alabama

Plusieurs erreurs de procédures lui avaient fait perdre sa licence

Lors d’un contrôle, il avait été révélé que le médecin utilisait des moyens d’anesthésie désuets, tels que ceux utilisés dans les années 70 ou 80. Il avait alors rétorqué devant la commission qu’en 43 ans de pratique, il n’avait jamais été témoin de la mort d’aucune patiente. Il aurait également publiquement parlé d’un cas d’avortement d’une fillette de 10 ans, violée par son oncle, sans en avoir informé les autorités comme la loi l’oblige pourtant. Également, il ne donnait aucun antidouleur à ses patientes, sauf si elles avaient moins de 16 ans. Il avait également été condamné pour ne pas avoir déclaré les avortements de mineures de moins de 14 ans dans les temps impartis, qui sont de trois jours normalement. Prenant parfois plus de 4 mois pour remplir les papiers.

> À lire aussi : Une Américaine reçoit une balle dans le ventre et se fait inculper pour la mort de son fœtus

La famille d’Ulrich Klopfer a retrouvé 2246 fœtus chez lui

Pour toutes ces raisons, le médecin avait perdu ses licences en 2016 et avait de toute façon fermé ses trois cliniques d’avortement, avant même d’être jugé par l’ordre des médecins. Ce jugement était accompagné d’une amende de 3000 $. Jusqu’à sa mort, le médecin continuait à donner des conférences sur les matières de santé sexuelle et d’abus sur mineurs. Malgré ce passé douteux, jamais sa famille n’aurait pu imaginer qu’elle trouvait pire à son domicile. Mort ce 3 septembre 2019, alors que les héritiers vidaient sa maison, ils ont découvert plus de 2000 fœtus, que gardait le médecin à son domicile. Immédiatement, la famille a appelé son avocat, qui a appelé la police. Les autorités indiquent que la famille coopère pleinement. Pour l’heure, rien n’indique que des avortements furent pratiqués à son domicile. Il s’agirait peut-être de fœtus ramenés à la maison après des opérations pratiquées dans l’une de ses cliniques.

> À lire aussi : L’Ohio vient de faire passer un projet de loi (Heartbeat Bill) pour interdire l’avortement à partir d’un mois et demi de grossesse…

Crédits : WSBT, Reuters

En savoir plus sur : - - -

Publié par Nicolas F le 21 Sep 2019
0