Un village chinois placé en quarantaine après un décès de la PESTE !

Dans le petit village chinois de Suji Xincun, situé en Mongolie-Intérieure et non loin de la ville de Baotou, un adolescent est mort de la peste bubonique, le 2 août dernier. Depuis, le village a été mis en quarantaine. Retour sur cette information inquiétante.

À lire aussi : Coronavirus : cette barre fatidique qui vient d’être franchie et qui ne présage rien de bon !

Un adolescent meurt de la peste bubonique

Dans un petit village chinois, un adolescent est mort après avoir contracté la peste bubonique, une maladie historique qui a causé la mort de millions de personnes dans le monde. L’origine de cette contamination inquiétante n’est pas connue. Ce jeune homme a succombé suite à une défaillance de son système circulatoire due à la maladie.

Cette maladie est causée par une bactérie transmise aux êtres-humains par des morsures de rats infectés, de puces ou encore de marmottes. Normalement, cette maladie se soigne rapidement. Or, si le diagnostic n’est pas posé rapidement, un patient infecté peut mourir en l’espace de 24 heures.

Pour éviter une recrudescence de cas, les autorités chinoises ont décidé de placer en quarantaine l’intégralité du village, soit 35 habitants, qui ont pourtant été testés négatifs à la maladie, comme 26 autres cas contacts, révèle CNN.

Une montée en puissance inquiétante de cette maladie dans le monde

Après une crise sans précédant, ce cas de peste bubonique rappelle de mauvais souvenirs, alors que l’épidémie de covid-19 règne encore en maître dans le monde. Le nombre d’infections due à cette maladie historique ne cesse d’augmenter, à tel point que l’OMS a catégorisé la peste bubonique comme étant “ré-émergente” . En effet, l’institution a observé une résurgence de cas, soit 1000 à 2000 par an, touchant pratiquement tous les continents, avec des appétences particulières pour le Brésil ou encore l’Inde et la Chine. De leur côté, les États-Unis décomptent une dizaine de morts par an. 

Ces chiffres pourraient être vus à la baisse. En effet, de nombreux cas ne seraient pas signalés aux autorités ni diagnostiqués, rapporte CNN. La Chine ne compte pas laisser une deuxième épidémie s’éparpiller, c’est pourquoi elle a préféré prendre des mesures sévères de restriction. Ce n’est pas le moment de faire resurgir une ancienne bactérie mortelle, lorsque l’on voit que les états peinent à sortir indemne de cette crise sanitaire qui s’est transformée en crise économique et sociale. 

Source : Slate.

À lire aussi : Vaccin russe : Vladimir Poutine fait une très grande annonce !

Publié par Salomee le 11 Aug 2020
0