Des microbes du sol pour lutter contre certains cancers ?

A chaque nouvelle avancée contre le cancer, nous vous en parlons. Cette fois-ci, c’est une équipe de chercheurs américains qui a découvert qu’une réaction enzymatique pourrait être en mesure d’offrir de puissantes vertus anticancéreuses. Une enzyme qui vient … De la terre.

 

Le cancer face à la streptozotocine

C’est dans les sols que sont enfouis certains trésors. Et, bien qu’il ne s’agisse pas d’un trésor de pirates, celui-ci a bien plus de valeur. Il s’agit de bactéries. Tout simplement, des bactéries. Capables de lutter contre le cancer en fabricant des enzymes.

 

C’est dans la revue Nature que des chercheurs de l’Université de Harvard (Etats-Unis) ont révélé avoir découvert qu’une bactérie était capable de synthétiser cette enzyme. Épargnons les détails. Ce qu’il faut retenir c’est que cette enzyme est décrite comme ayant une « tête nucléaire » et appartient à la famille des nitrosamines.

 

Ils « possèdent un grand intérêt biologique, et ont fait l’objet de recherches approfondies. Avant nos travaux, la vision de la façon dont ces composés étaient produits dans les systèmes biologiques supposait que [cela se fasse grâce à] de la chimie non-enzymatique », commente Emily Balskus, responsable des travaux. Mais c’est une toute autre réalité qu’elle a découvert.

 

Une enzyme nouvelle contre le cancer

Pour faire simple, « cette réaction a très peu, si ce n’est aucun, précédent en biochimie ou en chimie de synthèse« .

 

Et pourtant, cette enzyme est produite par tous les microbes. Notamment ceux qui vivent en symbiose avec les plantes. Autrement dit, pour qu’elles soient saines, les plantes (entre autres) produisent cette enzyme. « La découverte de l’existence d’une enzyme dédiée à la fabrication de ce type de groupes fonctionnels, et le fait qu’ils puissent être produits par tant de types de microbes indiquent un rôle important pour leur biologie« .

 

La prochaine étape reste de comprendre comment fonctionne cette enzyme au niveau moléculaire afin d’en comprendre les pouvoirs. Le but ? « La question à laquelle nous voulons répondre est de savoir si ce nouveau type d’enzyme permet à des pathogènes humains de réaliser quelque chose de préjudiciable pour leur hôte« .

 

Et la recherche avancera dans le domaine du cancer. Cette fameuse petite enzyme pourrait bien être capable de le dévorer. Pour l’instant, on sait qu’elle est capable de lutter contre le cancer du pancréas.

 

À lire aussi : 

Si vous faites caca vert, voici ce que cela signifie

Publié par Mélaine le 16 Mar 2019
0